👇 Bonne lecture ! N'oubliez pas de vérifier la fin de cet article pour découvrir des livres gratuits qui vous attendent 👇

Les géants internet américains Google et Facebook ont pris des mesures mardi pour couper les revenus publicitaires des faux sites d’informations en ligne, après une volée de critiques sur leur rôle supposé dans l’élection de Donald Trump.

L’initiative des deux groupes, qui s’adjugent par leurs régies publicitaires respectives le plus gros du marché mondial de la publicité en ligne, vise à étouffer en la privant de financements une industrie alimentée par des informations sensationnelles et souvent fausses circulant en ligne, et vilipendée ces derniers jours pour son influence potentielle sur l’opinion publique.

« Nous allons commencer à interdire les publicités de Google sur les contenus trompeurs, de la même manière que nous interdisons les publicités mensongères », a indiqué Google dans un communiqué à l’AFP.

« À l’avenir nous allons restreindre les publicités sur les pages qui dénaturent ou masquent les informations sur l’éditeur, ses contenus ou le but premier du propriétaire du site ». Dans une interview à la BBC, le patron de Google Sundar Pichai a reconnu qu’il y avait « eu plusieurs incidents » dans lesquels de fausses informations avaient été signalées « et nous n’avons pas pris les bonnes décisions ».

« C’est donc un moment d’apprentissage pour nous et nous allons vraiment travailler pour régler ça », a-t-il ajouté. Interrogé sur la possibilité que les faux sites d’informations aient pu influencer le vote de certains électeurs à la présidentielle américaine, il a répondu « bien sûr ».

« De notre point de vue, les fausses informations ne devraient pas être distribuées, donc nous sommes tous d’accord qu’il faut que les choses s’améliorent », a-t-il reconnu. Facebook va mettre en place une politique identique.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

2 Commentaires

  1. Qu’est-ce qu’ils appellent faux sites d’information ? est-ce que sont des sites qui ne sont pas conformes à la « bonne parole » des « vrais » sites d’information ??? les « vrais » sites d’information financés par tous « ces braves donateurs richissimes » qui nous veulent du bien ????

    • Oui c’est ça : les GAFAM décident de ce qui convient ou non de dire.
      C’est exactement la même pratique appliquée au web que le monopole de Monsanto concernant les pesticides : à tout moment le fournisseur peut fermer le robinet et l’usager se retrouve Gros-Jean comme devant.
      C’est une situation purement dictatoriale, l’épithète n’étant ici pas galvaudé : rappel de la définition du Larousse : « Régime politique dans lequel le pouvoir est détenu par une personne ou par un groupe de personnes (junte) qui l’exercent sans contrôle, de façon autoritaire ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici