Ghislaine Maxwell affirme que l’accord conclu par Epstein en 2008 la protège des poursuites judiciaires

0
68

La complice présumée du pédocriminel Jeffrey Epstein a demandé à la justice américaine d’abandonner les charges à son encontre en s’appuyant notamment sur un accord conclu par l’homme d’affaires en 2008.

 

Ghislaine Maxwell, complice présumée du pédocriminel Jeffrey Epstein, inculpée notamment pour trafic de mineures et incitation à la prostitution, a demandé au juge de rejeter son affaire. Selon elle, un accord de plaidoyer qu’Epstein avait obtenu en 2008 la met à l’abri de poursuites.

Les avocats de Ghislaine Maxwell ont ainsi déposé une requête le 25 janvier pour abandonner son affaire, citant cet accord de non-poursuite qu’Epstein avait conclu avec le gouvernement fédéral américain il y a plus de douze ans comme une protection suffisante pour l’exempter de poursuites. Pourtant, le nom de Ghislaine Maxwell n’était pas explicitement mentionné dans la documentation de l’accord de plaidoyer.

L’équipe juridique de Maxwell avance également que l’acte d’accusation contre elle contient des accusations si vagues qu’elles empêchent que l’affaire soit portée devant un jury. Ghislaine Maxwell, 59 ans, a été arrêtée en juillet 2020. Elle est accusée d’avoir fourni des adolescentes à Jeffrey Epstein et ses associés pour qu’ils en abusent sexuellement, entre 1994 et 1997. L’acte d’accusation allègue que Ghislaine Maxwell a elle-même participé à ces abus. L’intéressée a plaidé non coupable.

Son procès est prévu pour juillet 2021. Elle est actuellement détenue au Metropolitan Detention Center de Brooklyn, à New York, depuis le 2 juillet 2020, jour de son arrestation dans le New Hampshire après des mois de cavale. Fin décembre 2020, la justice a refusé sa mise en liberté conditionnelle estimant qu’elle présente un risque de fuite extrême.

La complice présumée de Jeffrey Epstein, si elle venait à être reconnue coupable de l’ensemble des six chefs d’accusation dont elle est inculpée, risquerait la prison à vie, selon l’AFP.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici