La revue de presse en temps réel

Généré par l’IA, un faux morceau de Drake et The Weeknd met en lumière les paradoxes juridiques de l’industrie musicale

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

Créé par un internaute, le morceau Heart On My Sleeve était devenu viral sur le réseau social TikTok.

(…)

Aujourd’hui, « vous ne pouvez pas protéger la voix de quelqu’un par le droit d’auteur », explique Andres Guadamuz, professeur de droit britannique, qui enseigne à l’université du Sussex, en Grande-Bretagne. Selon le professeur, comme une mélodie, des paroles ou d’autres éléments d’une chanson, le timbre d’une voix pourrait être protégé « mais ce serait problématique » car « les droits d’auteur protègent l’expression d’une idée, ce que n’est pas réellement la voix ».

Pour autant, ce spécialiste estime qu’Universal a probablement obtenu le retrait de la chanson en s’appuyant sur le droit d’auteur, qui bénéficie de procédures éprouvées avec les plateformes de streaming. « La plupart du temps, ces problèmes ne se sont pas résolus grâce à la loi mais juste parce que les maisons de disques se plaignent auprès des plateformes et qu’il est plus simple pour ces dernières de s’y plier », affirme-t-il. D’autant plus qu’Universal Music Group ou Sony sont, par exemple, actionnaires minoritaires de Spotify.

D’autres lois peuvent toutefois déjà protéger un musicien face à des copies réalisées par l’intelligence artificielle et, si un artiste a une personnalité ou une voix particulières, ces caractéristiques peuvent être protégées par le droit à l’image.

(…)

La bataille juridique pourrait enfin porter sur la manière dont les programmes d’intelligence artificielle sont entraînés. Dans le cas de Drake et The Weeknd, ils ont nécessairement eu besoin de nombreuses œuvres de ces deux artistes pour pouvoir les imiter. « Vous avez besoin de copier la musique pour entraîner des IA et cette copie non autorisée pourrait enfreindre le droit d’auteur », explique le professeur. « Les défenseurs diront cependant qu’il s’agit d’un usage raisonnable. Ils utilisent ces copies pour entraîner la machine, lui apprendre la musique, puis ils les suppriment. Il va falloir attendre pour voir comment ces affaires seront jugées », ajoute-t-il.

Lire l’intégralité de l’article sur 20minutes.fr

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Censure : découvrez la vidéo que les réseaux sociaux et les médias ne veulent pas que vous voyez !

X