La France game over4 min read

0
1340

On a d’abord eu La France Orange mécanique, titre du premier livre de Laurent Obertone, dans lequel il dénonce les peines de prison non effectuées chaque année en France, l’absence d’effet dissuasif d’un système judiciaire laxiste et l’impunité qui en découle.

On a eu ensuite La France Big Brother, du même auteur, où il pointe du doigt les manipulations et la désinformation dont se rendent coupables les médias, au point de faire passer l’oligarchie politico-médiatique française pour l’avatar du parti totalitaire décrit dans 1984, le fameux livre de George Orwell.


On a eu enfin  La France djihadiste d’Alexandre Mendel, voyage dans les quartiers radicalisés des banlieues, où le repli communautaire a triomphé de l’intégration multiculturelle voulue mais en échec.

Et maintenant ? Bienvenue dans « La France game over ».

Pourquoi « game over » ? Après ce premier tour de l’élection présidentielle, les perspectives ne sont en effet pas des plus réjouissantes.

Avant d’évoquer le futur, petit retour dans le passé, précisément le 21 septembre 2007. Ce jour-là, le premier ministre François Fillon visite une exploitation viticole de Calvi, en Corse. Il ose alors dire la vérité suivante :  « Je suis à la tête d’un État qui est en situation de faillite sur le plan financier, je suis à la tête d’un État qui est depuis quinze ans en déficit chronique, je suis à la tête d’un État qui n’a jamais voté un budget en équilibre depuis vingt-cinq ans. Ça ne peut pas durer. »

Son programme en tenait compte. Il aurait certainement engagé les réformes structurelles dont l’économie française a un besoin urgent pour sauver sa compétitivité, et donc l’emploi. Y serait-il parvenu ? Aurait-il reculé face à la pression de la rue ? Aurait-il gardé le cap avec la même détermination qu’il a maintenu sa candidature contre vents et marées ? On ne le saura jamais. Englué dans les affaires, mis en examen, les électeurs se sont détournés à juste titre d’un candidat perçu comme malhonnête.

Au deuxième tour, exit donc les deux formations historiques, Parti socialiste et Les Républicains, et place à l’affrontement entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. D’un côté, des propositions tranchées sur les questions sécuritaires, migratoires et identitaires, mais frileuses sur les réformes économiques qu’il serait pourtant nécessaire de mener. De l’autre, un programme économique de centre mou, qui n’a pas fait ses preuves lorsque son héraut était ministre de l’Économie et de l’Industrie (laquelle ?) pendant deux ans.

En résumé : dans les deux cas, pas de remise en question des 35 heures, pas d’augmentation de l’âge de la retraite (malgré l’évidence démographique), pas de simplification/assouplissement du droit du travail, pas de mesures réelles et concrètes pour désendetter le pays.

Par conséquence, la France va rester enlisée dans ses problèmes de compétitivité structurelle, son taux de chômage va se maintenir au-dessus d’un 10% incompressible, sa désindustrialisation et son endettement vont se poursuivre, et son déclin économique amorcé depuis 40 ans ne va pas s’inverser.

Pour continuer d’acheter la paix sociale, l’État se substituera alors au marché du travail en poursuivant le versement d’indemnités, RSA et/ou autres  allocations. Et lorsqu’il ploiera finalement sous sa dette qui n’aura cessé d’augmenter, le rating de la France sera encore dégradé par les agences de notation en dessous de la zone des Apour arriver dans la zone des B. Cette dégradation empêchera les investisseurs institutionnels de financer le déficit public, et la France n’aura plus pour seule alternative, comme la Grèce avant elle, que de se tourner vers le FMI et la BCE. Avec pour inconvénient majeur, le diktat venu de l’extérieur : « qui paie, décide ». Les réformes que la France n’a pas su faire, lui seront alors imposées par d’autres.

Fred Deion

http://actufreddeion.blogspot.ch/

Fred Deion est un auteur suisse. Son livre, Ruptures millénaires, jette un coup de projecteur sur quelques événements historiques qui ont marqué la vie des hommes. Ces périodes chaotiques ont eu un impact considérable sur les populations qui ont vu leurs destins basculer. Gardons à l’esprit leurs tragiques épreuves, pour mieux faire face aux défis d’aujourd’hui et de demain.

Si l’histoire se répète, le passé indique le futur. Que peut nous dire le passé sur notre XXIe siècle ?

Il n'y a pas encore de commentaires