Les gens ne connaissent pas leur vrai pouvoir

Je suis plutôt optimiste quant à l’avenir. Je sais que certains d’entre vous pourraient être surpris d’entendre cela, mais c’est pourtant vrai. Cela pourrait ne pas être le cas s’il ne me restait que cinq ans à vivre sur la planète, mais en supposant que je sois assez chanceux pour rester en bonne santé pendant quelques décennies, je pense que le monde sera bien meilleur quand je le quitterai que quand j’y suis entré.

La simplicité de l’affaire est la suivante. Pour que les choses s’améliorent considérablement dans n’importe quelle situation, il est toujours plus facile de partir d’un état plutôt mauvais. Lorsque j’écris des articles décrivant l’économie américaine comme une arnaque à la recherche de rente et contrôlée par l’oligarchie, je ne fais pas cela pour vous donner un sentiment d’effroi insurmontable. Au contraire, le but de ces articles est de secouer autant de personnes que possible de leur sommeil. Il est tout simplement impossible de trouver des solutions appropriées et conscientes à nos problèmes, à moins de pouvoir identifier les diverses escroqueries qui régissent tant de choses autour de nous.

Les arnaques les plus lucratives sont à la fois extrêmement audacieuses et bien cachées. En tant que telle, il n’y a pas de plus grande escroquerie sur terre que l’escroquerie du système monétaire. Un système où un petit groupe de technocrates non élus (banquiers centraux) ont le pouvoir de créer et distribuer de l’argent à leur discrétion. Le pouvoir que ces personnes exerçaient pendant la crise financière était de nature historique et douteuse dans ses résultats. Essentiellement, le système monétaire a été utilisé comme une arme pour renflouer et enrichir ceux qui sont déjà ancrés dans des positions de pouvoir et de richesse au détriment de tout le monde. Il n’y aurait tout simplement pas eu moyen que Donald Trump soit président aujourd’hui s’il n’y avait pas eu cette « reprise » extraordinairement déséquilibrée, qui a été le résultat direct de la réponse extrêmement contraire à l’éthique et sans doute criminelle du gouvernement à la crise financière.

Ayant travaillé dans l’industrie financière pendant une décennie, j’ai immédiatement vu l’arnaque pour ce qu’elle était. En tant que tel, je ne pouvais plus supporter de travailler à Wall Street et j’ai démissionné de mon travail en janvier 2010. Les deux années suivantes ont été pour moi des années noires. J’ai vu ce qui s’était passé, et je connaissais le genre de société qui était institutionnalisée à la suite du renflouement et du fait que certains des plus vils prédateurs de la société américaine se trouvaient au sommet du pouvoir. J’ai ressenti un sentiment d’effroi écrasant et je ne voyais aucune issue. Ensuite, j’ai découvert Bitcoin.

Je ne veux pas trop répéter les choses que j’ai déjà écrites, mais Bitcoin m’a donné un sentiment d’optimisme que je n’avais pas ressenti depuis des années. J’ai vu qu’un génie avait créé une voie d’évasion monétaire pour l’humanité, et que nous aurions maintenant la technologie pour commencer à créer le monde du futur. Un monde de plus en plus caractérisé par la décentralisation et les actions venant d’en bas, contre la centralisation, le commandement et le contrôle vertical. Cela fait cinq ans que j’ai commencé à écrire sur Bitcoin, et je suis plus enthousiaste que jamais. Non seulement Bitcoin a captivé l’imagination du monde, mais les applications décentralisées prennent leur essor de toutes sortes de manières différentes.

Pour mieux comprendre ce que je veux dire, je suggère fortement de lire un article publié par Adam Ludwin, intitulé « Une lettre à Jamie Dimon ». Voici quelques extraits choisis de cet excellent texte :

« Pour résumer, au cours des dernières années, le monde a inventé un moyen de créer des services logiciels sans opérateur central. Ces services sont appelés applications décentralisées et ils sont activés avec des actifs cryptographiques qui incitent les entités sur Internet à fournir des ressources – ‘traitement, stockage, informatique’ – nécessaires au fonctionnement du service.

Cela vaut la peine de s’arrêter pour reconnaître que c’est un peu miraculeux. Avec le seul Internet, un protocole ouvert et un nouveau type d’actif, nous pouvons réaliser des réseaux qui assemblent de façon dynamique les ressources nécessaires pour fournir de nombreux types de services.

Les applications décentralisées se font tailler des croupières par les applications centralisées sur pratiquement tous les terrains SAUF dans un cas. Et non seulement les applications décentralisées sont-elles meilleures à ce niveau, mais elles sont le seul moyen d’y parvenir.

De quoi je parle ?

De la résistance à la censure

C’est là que nous arrivons au signal insaisissable dans le bruit.

La résistance à la censure signifie que l’accès aux applications décentralisées est ouvert et sans entrave. Les transactions dans ces services sont imparables…

Étant donné leur différence par rapport aux modèles d’applications que nous connaissons et aimons, quelqu’un pourra-t-il vraiment utiliser des applications décentralisées ? Vont-elles devenir une partie critique de l’économie ? C’est difficile à prévoir parce que cela dépend en partie de l’évolution de la technologie mais beaucoup plus de la réaction même de la société.

Par exemple : jusqu’à une date relativement récente, la messagerie cryptée n’était utilisée que par les pirates informatiques, les espions et les paranoïaques. Cela ne semblait pas devoir changer. Jusqu’à ce que cela change. Post-Snowden et post-Trump, tout le monde dans la Silicon Valley jusqu’au corridor Acela semble être sur Signal ou Telegram. WhatsApp et crypté de bout en bout. La presse sollicite des conseils via SecureDrop. Oui, la technologie est devenue un peu meilleure et plus facile à utiliser. Mais ce sont surtout les changements dans la société qui poussent à l’adoption.

En d’autres termes, nous avons grandi dans la forêt tropicale, mais parfois les choses changent et cela aide à savoir s’adapter aux autres environnements.

Et ceci est un argument de base que de dire que de l’argent intelligent est fait sur les actifs cryptographique et les applications décentralisées ; qu’il est simplement trop tôt pour dire quoi que ce soit. Que c’est un changement profond. Que, si une ou plusieurs de ces applications décentralisées devenaient réellement une partie intégrante du monde, leurs actifs cryptographiques sous-jacents seraient extrêmement précieux. Donc on pourrait aussi bien commencer à placer des paris maintenant et voir comment ça se passe. Ne vous attardez pas à savoir si nous verrons encore plus de ces applications innovantes.

Ce ne sont pas de mauvais arguments et j’ai tendance à être d’accord. »

Ce qui précède n’est qu’une petite fraction de l’article, mais il contient une tonne d’informations importantes. Ce qu’Adam dit, c’est qu’avec l’avènement de Bitcoin et d’autres applications décentralisées, nous avons maintenant un porte de sortie à la centralisation (et donc à la censure) dans certains aspects très importants de la vie, le plus important à ce jour concerne un système monétaire désespérément corrompu.

Comme je l’ai décrit plus tôt, notre système monétaire mondial est essentiellement la plus grande escroquerie que le monde ait jamais connue. Cela permet de canaliser l’argent vers le pire et d’enrichir des gens qui n’ajoutent aucune valeur réelle à la société et qui n’existent réellement que pour extraire de la valeur de tous les autres. Bien sûr Bitcoin ne sera peut-être jamais aussi efficace qu’un futur système monétaire centralisé, mais il sera toujours plus transparent et honnête. De plus, c’est entièrement basé sur le volontariat. Personne ne vous oblige à utiliser Bitcoin. Vous participez à Bitcoin parce que vous le souhaitez. Si plus d’aspects de l’existence humaine étaient définis par de telles qualités, le monde serait un bien meilleur endroit. La bonne nouvelle est que nous avons déjà certains des outils dont nous avons besoin, et il est fort probable que beaucoup, beaucoup d’autres seront développés dans les années à venir.

En ce qui concerne les deux variables clés qui, selon moi, sont nécessaires pour créer un monde meilleur, nous avons déjà réalisé des progrès considérables sur l’une d’entre elles : la technologie. L’autre variable est la conscience, et cet élément prendra un peu plus de temps. L’ignorance et l’apathie sont les ennemis du progrès, et notre espèce souffre encore trop de telles afflictions.

Malheureusement, je ne pense pas que nous verrons suffisamment de changements à cet égard sans difficulté. Ces difficultés sont susceptibles de se produire à mesure que l’ancien paradigme devient plus autoritaire et paranoïaque, alors qu’il s’efforce de consolider et d’étendre son contrôle. Bien sûr, nous voyons déjà tout cela autour de nous, mais cela risque de s’aggraver dans les années à venir. N’ayez pas peur, comprenez que ça arrive et acceptez que cela fasse partie du processus de changement. Pensiez-vous vraiment que les autorités de contrôle autoritaires abandonneraient sans se battre ?

Comme Adam l’a souligné dans son message, les communications cryptées n’ont pas décollé jusqu’à ce que le public prenne conscience de l’étendue de l’état de surveillance domestique hors la loi. Le public a pris conscience de cela grâce à Edward Snowden, et armé de cette connaissance a commencé à exiger et à utiliser une technologie de confidentialité qui existait déjà depuis longtemps. Je soupçonne que des vagues similaires de sensibilisation sur d’autres questions stimuleront l’utilisation accrue de toutes sortes d’autres applications décentralisées dans les années à venir. La leçon principale de l’affaire Snowden est que le gouvernement ne fera rien pour vous protéger. Malheureusement, la corruption dans la société est trop institutionnalisée pour que le gouvernement puisse procéder à des réformes significatives à ce moment précis. C’est à nous d’agir.

Pour résumer, je m’attends à ce que le statu quo devienne de plus en plus autoritaire et insensé dans les années à venir, alors que les membres de l’oligarchie sentent instinctivement qu’ils perdent le contrôle. Cela semble fou parce que les puissants semblent être plus au contrôle que jamais, mais ils ne le sont pas. Ils ont déjà perdu la main de tant de façons, d’une manière cruciale et même de la manière la plus importante de toutes. À savoir, un pourcentage significatif de la population mondiale comprend déjà que quelque chose est en train de disparaître et que les choses ne fonctionnent pas comme elles le devraient. D’autres viendront à ce point de vue dans les années à venir, et ceux qui ont le pouvoir seront de plus en plus paniqués. Cela créera une fenêtre d’opportunité pour l’humanité de faire un grand bond en avant [Sic… L’auteur a peut être un humour à la Mao, NdT]. Nous avons les outils, nous avons juste besoin du désir. Nous avons besoin de la force et de la conscience pour dire non. Pour exiger mieux. Je suis certain que nous le pouvons, et je pense que nous le ferons.

Michael Krieger

Note du Saker Francophone

L'auteur a une vision un peu idyllique du Bitcoin, sautant un peu vite des vertus de la décentralisation rapprochant les décideurs de leurs citoyens à la réalité d'un monnaie citoyenne par la magie d'algorithmes et de cryptographie. On retrouve un peu la même veine chez H16, au nom du combat contre l’État. S'il y a beaucoup de choses à redire sur cette forme d’État qui nous est imposé et qu'il va falloir revoir de fond en comble, il ne faut pas perdre de vue que parmi les gens qui veulent la fin de l’État, il y a aussi les multinationales dont les GAFA, les cartels bancaires, les religions en général et en particulier.

La monnaie n'est plus un attribut de souveraineté des États depuis longtemps ou depuis toujours, mais l’apanage de banques centrales qui sont des entreprises privées. Ces mêmes corporations sont bien sûr sur les rangs pour récupérer la mise si ces crypto-monnaies se développent. Valérie Bugault nous alerte sur les réels dangers à vouloir changer... de maitres. Mais en même temps, il ne faut pas non plus bouder son plaisir et la technologie de blockchain a de nombreux avantages intrinsèques qui devraient se développer avec le temps.

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

 

Il n'y a pas encore de commentaires