Est-ce la fin d’un Parti démocrate irréformable ?

0
3

Par Michael Hudson − Le 5 novembre 2021 − Source Naked Capitalism

L’histoire est réécrite quotidiennement cette semaine, presque immédiatement au moment où elle se produit. Le 4 novembre, un éditorial du Wall Street Journal donnait sa vision de ce qui est en jeu pour le Parti Démocrate : « Les électeurs avertissent les Démocrates de se distancier du programme Sanders-Pelosi ». Les dirigeants Démocrates eux-mêmes ont rapidement démontré ce point de vue, en accusant le Caucus progressiste d’insister sur des réformes économiques qui, selon les sondages, correspondent précisément aux souhaits des électeurs.

Mais ce ne sont pas les politiques que veulent les grands donateurs du parti. Ce qui est vraiment en jeu, c’est de savoir qui le parti Démocrate (et ses partenaires du duopole, les républicains, bien sûr) soutient : les lobbyistes des entreprises et la classe des donateurs, ou les électeurs salariés qui recherchent des politiques économiques qui leur profitent en tant qu’employés, consommateurs et débiteurs.


 

Peut-on vraiment douter de la cause de l’apathie des électeurs à soutenir le candidat clintonien de Virginie, Terry McAuliffe ? Sa défaite est-elle vraiment due au fait que les électeurs ont qualifié Sanders et le Congressional Progressive Caucus d’extrémistes radicaux pour avoir soutenu la plate-forme politique sur laquelle le président Biden lui-même s’est présenté et qui a permis aux Démocrates d’être élus ? Était-ce parce que les Démocrates ne soutiennent pas suffisamment leurs donateurs et lobbyistes de Wall Street et des entreprises, et que, d’une certaine manière, voter pour McAuliffe pourrait donner du pouvoir à Bernie Sanders, à l’AOC et au Squad ?

Les Démocrates qui se disent « centristes » ou « modérés » insistent pour que les progressistes se soumettent à la réécriture par Manchin-Sinema de la version originale de la loi « Build Back Better » (BBB) et en fassent un projet bénéficiant aux 5 % au lieu des 95 % en remplaçant ses propositions les plus populaires par des cadeaux aux riches – comme si cela allait permettre de gagner des élections. Mais de gagner le financement des campagnes pour le parti, oui.

L’une des propositions les plus populaires de la loi BBB originale était douze semaines de congé de paternité/maternité, de maladie et de soins, ainsi qu’une aide à l’enfance et à la préscolarisation. Une telle aide est fournie par presque toutes les nations avancées à leurs citoyens. Mais les Démocrates ont confié au sénateur Joe Manchin la tâche de s’opposer à cette loi, qu’ils considèrent comme une mesure anti-entreprises visant à subventionner les employés qui sont payés sans travailler. Nancy Pelosi et la direction de la Chambre des représentants se sont acquittées de leur tâche en supprimant complètement cette mesure, mais ont ensuite accepté un programme de soutien de quatre semaines, un résultat plutôt maigre. Malgré cela, Joe Manchin ne s’engagera pas à soutenir ce projet de loi BBB réduit lorsqu’il sera envoyé au Sénat, déclarant qu’il veut « travailler avec les Républicains sur les congés payés dans une législation séparée »1.

Dans le duopole politique américain actuel, le rôle du Parti Démocrate est de protéger les Républicains des attaques de la gauche. Ce que les Républicains et les centristes veulent, c’est le programme d’infrastructure commerciale « dur », et non ses éléments pro-travail. Les progressistes préviennent à juste titre que leur seule chance de faire approuver par le Congrès la version BBB favorable aux électeurs est de la lier au projet de loi bipartisan de Biden sur les infrastructures. Ils craignent que Manchin ne donne suite à sa préférence d’attendre une demi-année (ce qui signifie « jamais » en temps politique) avant de soumettre le BBB qui a été réduit d’abord de 6,5 milliards de dollars à 3,5 milliards de dollars, et maintenant à 1,8 milliard de dollars.

Un autre élément populaire, critiqué comme étant trop pro-travail pour plaire aux électeurs, concerne les soins dentaires et visuels pour les bénéficiaires de Medicare, ainsi que les paiements pour les appareils auditifs et les soins de santé à domicile. Les coûts des soins médicaux et de l’assurance maladie grevant le budget des familles, la plupart des électeurs sont également favorables à la négociation des prix des médicaments afin de mettre un terme à l’abus de prix par les sociétés pharmaceutiques. Les gouvernements du monde entier le font depuis longtemps. Mais les « centristes » ont menacé de l’exclure et ont finalement proposé une certaine réduction des prix monopolistiques les plus exorbitants en promettant une contrepartie à leurs donateurs des compagnies pharmaceutiques sous la forme d’une protection accrue des brevets (alors que la recherche fondamentale est financée par le gouvernement lui-même). L’objectif est d’empêcher les autres sociétés pharmaceutiques de produire des versions génériques à bas prix après l’expiration des brevets.

L’allègement de la dette des étudiants a été considérablement réduit, de même que les plans prévoyant deux années gratuites de community college. L’une après l’autre, les promesses de campagne de Biden sont brisées – Biden lui-même les désavoue et montre son impatience devant le temps que mettent les progressistes à se rendre à la « réalité ».

Sa promesse d’augmenter le salaire minimum a déjà été jetée par-dessus bord dès le début de l’administration Biden. Le parlementaire du Sénat a prétendu que cela ne pouvait pas être présenté comme un programme de « réconciliation », au motif que cela n’affectait pas les recettes fédérales. C’est une absurdité, bien sûr. Augmenter le salaire minimum réduirait les subventions fédérales aux familles en dessous du seuil de pauvreté – une subvention qui a longtemps permis à Walmart et à d’autres employeurs au salaire minimum d’économiser dollar par dollar en leur permettant de payer moins que le salaire vital réel, les bons d’alimentation et autres paiements de transfert comblant l’écart.

Joe Manchin verse des larmes de crocodile sur la façon dont le gouvernement paiera les politiques pro-travail, mais ne montre aucune inquiétude pour les cadeaux aux riches, aux intérêts des entreprises ou aux dépenses militaires – ou aux réductions d’impôts pour les tranches de revenus les plus élevées. C’est comme si seules les politiques favorables aux électeurs alourdissaient la dette nationale.

Les centristes néolibéraux Clintoniens ont opposé leur veto aux propositions progressistes visant à payer leur programme en adoptant l’un des impôts les plus populaires de tous : la faille fiscale des intérêts reportés qui libère les spéculateurs financiers et les gestionnaires de fonds de l’obligation de payer l’impôt sur le revenu sur leur participation aux bénéfices et même sur les frais de gestion, en abaissant le taux au niveau de l’impôt sur les gains en capital. La main lourde des donateurs de la campagne de Wall Street l’emporte largement sur ce que veulent les électeurs – y compris l’annulation des réductions d’impôt sur le revenu de l’administration Trump pour les classes les plus aisées.

Tout en réduisant ces premiers éléments populaires, le Congrès a augmenté ses cadeaux à la classe des donateurs pour tenter de les convaincre. Le plus flagrant est la réduction des impôts pour les propriétaires les plus riches, en particulier sur la côte Est, en augmentant la déductibilité de l’impôt sur le revenu des taxes foncières – la State and Local Tax (SALT) – de 10 000 à 72 500 dollars. En tant que président de la commission du budget du Sénat, Bernie Sanders a semblé exaspéré mardi, jour du vote, lorsqu’il a expliqué que ce cadeau de 400 milliards de dollars aux 5 % les plus riches était si important que « les 1 % les plus riches paieraient moins d’impôts après l’adoption du plan Build Back Better qu’après la réduction d’impôts de Trump en 2017. C’est plus qu’inacceptable. »

Sanders a souligné que « les Démocrates ont fait campagne et gagné sur un programme qui exige que les très riches paient enfin leur juste part, et non pas un programme qui leur accorde plus d’avantages fiscaux. »2 Mais la direction Démocrate a répondu que sans favoriser la classe des donateurs, le financement de leurs campagnes se réduirait – une perspective qui conduira les sénateurs bénéficiaires des largesses du lobbying à voter contre le BBB.

Les dirigeants Démocrates affirment que le fait de ne pas augmenter les subventions et les allégements fiscaux accordés aux rentiers les plus riches de l’économie tout en réduisant le soutien aux salariés menacera leurs perspectives électorales – en réduisant l’attrait de la classe des donateurs pour la collecte de fonds.

La presse grand public s’accorde à dire que les politiques pro-travail sont si radicales qu’elles effraieront la plupart des électeurs de la classe moyenne qui y verront une attaque contre la propriété et leurs propres espoirs de rejoindre un jour les rangs des riches. Le président Biden reproche aux progressistes de « bloquer » le programme en essayant de préserver les politiques que la plupart des électeurs souhaitent réellement, et sur lesquelles il a lui-même fait campagne il y a un an.

Mais la plupart des électeurs sont des salariés, après tout. Et beaucoup ont besoin d’une pension alimentaire et d’autres dépenses sociales, ainsi que d’une baisse du prix des médicaments et d’autres coûts de la vie. Les sondages réalisés auprès des électeurs de Virginie indiquent que les questions économiques sont leur principale préoccupation, comme c’est le cas dans la plupart des États-Unis.

Le problème est que les politiques sociales pro-travail ne sont pas ce que les principaux lobbyistes et donateurs de campagne veulent pour eux-mêmes et leurs clients. Cela soulève la question évidente : Les Démocrates ont-ils perdu mardi parce que leur direction soutenait ce que veulent leurs contributeurs de campagne au lieu de l’agenda progressiste que la plupart des électeurs disent vouloir et pour lequel ils ont voté en novembre dernier ?

Le système politique américain est-il une démocratie ou une oligarchie ?

En d’autres termes, le Parti Démocrate est-il un agent de la démocratie ou de l’oligarchie ? La débâcle du Congrès au cours du mois dernier confirme la description de la démocratie faite par Aristote. De nombreux États ont des constitutions qui sont démocratiques dans la forme, écrit-il, mais qui sont en réalité des oligarchies.

Il explique que les démocraties ont tendance à se transformer en oligarchies en raison de la concentration et de la polarisation croissantes des richesses. Cela permet aux grandes familles de contrôler le système politique. (Dans son schéma, les oligarchies visent à se transformer en aristocraties héréditaires).

La transformation de la concentration des richesses en contrôle politique s’est accélérée depuis les années 1980, et la quasi-totalité de l’augmentation des richesses et des revenus aux États-Unis au cours de l’année et demie qui s’est écoulée depuis l’épidémie de Covid-19 au printemps 2020 a profité au One Percent sous la forme d’une hausse des prix des actions, des obligations et de l’immobilier. Dans l’économie non financière, les prix pratiqués par les monopoles pétroliers, pharmaceutiques et informatiques ont mené la hausse, tandis que les prix de l’immobilier ont augmenté de près de 20 % au cours des douze derniers mois. Ces secteurs sont les plus grands lobbyistes et contributeurs aux campagnes politiques.

La politique des dirigeants démocrates consiste à soutenir les candidats qui sont en mesure de collecter le plus d’argent. Pour la plupart des candidats, la part du lion provient de ces lobbyistes et intérêts spéciaux, pour qui leurs dons sont un investissement commercial. Seule une minorité de candidats progressistes ont été capables de collecter suffisamment de petites sommes auprès de nombreux individus pour devenir des acteurs politiques.

La situation ressemble beaucoup à celle de la Rome antique. Sa constitution organisait le vote en fonction des cohortes de richesse, principalement mesurées par la propriété foncière. La classe sénatoriale la plus riche, suivie par les « chevaliers » équites, se voyait attribuer un poids électoral éclipsant celui des 99 %. Aux États-Unis, bien sûr, tous les votes le jour des élections sont comptés de manière égale. Le problème est de savoir comment être nommé en premier lieu et rivaliser avec ses rivaux dans les primaires politiques. À Rome, pour réussir en tant que candidat aux élections, il fallait être fortement soutenu par les riches. (Crassus a joué ce rôle, en finançant la campagne de César, entre autres). Les politiciens de premier plan avaient tendance à s’endetter lourdement auprès de leurs bailleurs de fonds.

Aux États-Unis, la dette n’est pas aussi crûment monétaire. Ce qui est dû, c’est le soutien politique. Le propre du travail d’un politicien est d’apporter le soutien des électeurs aux contributeurs de sa campagne. C’est ainsi que les oligarchies suppriment la démocratie, aujourd’hui comme dans la République romaine.

Les centristes et les modérés soutiennent les tendances oligarchiques existantes en matière de polarisation économique

Dès son entrée en fonction, le président Biden a déclaré que rien ne changerait vraiment. C’était le contraire du slogan de Barack Obama « l’espoir et le changement », mais c’était tout simplement plus honnête. L’administration Biden n’a pas seulement maintenu les réductions d’impôts de Donald Trump pour les riches, elle les a augmentées dans le cadre de la disposition SALT du BBB. Biden a étendu les droits de forage pétrolier en mer, ainsi que les politiques bénéficiant aux secteurs financiers et aux entreprises.

C’est ce qu’on appelle être un « centriste » ou un « modéré ». Si le monde se polarise entre les 1% et les 99%, entre les créanciers et les débiteurs, les monopoles et les consommateurs, où se trouve le juste milieu ? Les Chinois ont un proverbe qui dit : « Celui qui arrive à une bifurcation et essaie de prendre deux routes à la fois aura la hanche cassée ». Être un modéré signifie ne pas interférer avec les tendances économiques qui polarisent l’économie américaine entre les rentiers – le 1 % au sommet – et les 99 % de plus en plus endettés.

Telle est la situation à laquelle est confrontée l’économie d’aujourd’hui. Refuser de prendre des mesures pour changer la dynamique qui enrichit l’oligarchie signifie ne pas inverser ou même ralentir les tendances qui polarisent l’économie. La direction du parti Démocrate s’est opposée à l’influence du Progressive Congressional Caucus dès le début. C’est de l’oligarchie, pas de la démocratie. Il ne s’agit même pas des formalités largement vides de la démocratie politique, sans parler de la démocratie économique de fond.

Qu’est-ce que la démocratie, après tout ? C’est la capacité des électeurs à légiférer sur les politiques qu’ils souhaitent – et qui sont vraisemblablement dans leur intérêt économique et social. Mais le processus est manipulé par la dépendance de la DNCC à l’égard de la classe des donateurs. Son programme politique n’est qu’un simple véhicule publicitaire, sans réglementation de « vérité dans la publicité ».

La question est de savoir si elle peut être réformée. La démocratie peut-elle réussir sans remplacer la direction du parti Démocrate par un système politique totalement différent du duopole Démocrate-Républicain actuel avec son ensemble commun de donateurs ?

Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi le Progressive Caucus n’a pas insisté pour nommer ses propres partisans à la DNCC.

L’impasse actuelle du parti Démocrate montre qu’aucun progrès ne peut être réalisé sans changer la structure institutionnelle de la politique américaine. Il semble que le seul moyen d’y parvenir soit de faire en sorte que le parti Démocrate perde si irrévocablement en 2022 et 2024 qu’il soit suffisamment dissous pour permettre aux progressistes de faire revivre ce quasi-cadavre.

La politique identitaire des Démocrates – Toute identité est bonne sauf celle de salariés

Le rôle des Démocrates est de protéger le parti Républicain des défis de la gauche. Sa tactique a consisté à remplacer les préoccupations économiques traditionnelles des électeurs en tant que salariés, consommateurs, débiteurs et, dans une proportion croissante de cas, en tant que locataires risquant de perdre leur maison s’ils ont des arriérés de paiement, alors que les loyers et les prix des logements montent en flèche.

La politique identitaire est une stratégie visant à fragmenter la majorité salariée des électeurs en identités ethniques, raciales et sexuelles distinctes. Cela détourne l’attention de leur conscience de classe dont les intérêts ne correspondent pas à ceux de la classe des donateurs qui a pris le contrôle du duopole Démocrate-Républicain. Cela explique le refus de la DNCC de soutenir les candidats progressistes.

Au lieu de faire appel aux salariés, les dirigeants démocrates ont, depuis les années 1960, cherché à amener les électeurs à se considérer comme des Américains à traits d’union. Il y a un demi-siècle, il s’agissait d’Italo-Américains, d’Irlando-Américains, de Polono-Américains et ainsi de suite, avec un patronage selon les lignes ethniques dans les grandes villes.

Aujourd’hui, la politique identitaire s’est élargie pour viser les femmes – en particulier les femmes blanches des banlieues (dont ils ont perdu le soutien en Virginie), le vote hispanique (qui s’est également effacé cette semaine), et le soutien des électeurs noirs mobilisés par le chef de la majorité de la Chambre des représentants, James Clyburn, et ce que l’on a appelé le Black Misleadership Council (dont le soutien ethnique s’affaiblit finalement à mesure que les électeurs regardent qui contribuent à leur campagne). Le calcul des Démocrates a été quelque chose comme : « OK, nous avons fait une croix sur la classe ouvrière. Mais peut-être pouvons-nous amener certains électeurs à se considérer avec une autre identité ». Ils ont flatté les électeurs noirs en leur offrant des applaudissements culturels, mais pas d’avantages économiques. Ils ont cherché à obtenir le soutien des Hispaniques, mais ce soutien est en train de s’effriter car les Démocrates hésitent à apporter un soutien économique aux travailleurs à faible revenu ayant une famille, qu’ils n’hésitent pas à exclure lorsqu’ils reçoivent suffisamment d’argent de la part des lobbyistes des entreprises. L’effet de la soumission culturelle à la politique identitaire échoue lorsque les électeurs considèrent leur condition économique comme la question politique la plus importante.

L’Amérique est-elle un État en faillite ?

Pour l’instant (jeudi soir), le BBB [la partie sociale du plan de relance de Biden, NdT] est toujours bloqué alors que le personnel du Congrès réfléchit à ce qu’est devenu un projet de loi de 2 135 pages. Il reste peu de confiance en ce qui concerne le soupçon de soutien de Manchin au Sénat. La crainte est que le projet de loi bipartisan sur l’infrastructure favorable aux entreprises, d’un montant de 1 000 milliards de dollars, soit adopté, laissant les programmes sociaux du BBB à l’abandon.

L’incapacité à résoudre ce problème semble être un stratagème fallacieux du président Biden et du noyau Clintonien quasi-républicain des Démocrates. Pourquoi ne pas simplement retirer à M. Manchin sa qualité de membre d’un comité et mettre fin aux subventions fédérales accordées à sa circonscription de Virginie occidentale ? Au lieu de cela, ils l’ont mis en charge du projet de loi sur l’environnement, qu’il a défiguré au nom de l’argent du lobbying qu’il reçoit des secteurs du pétrole et du charbon.

Il est difficile de voir ce qui pourrait changer dans le dilemme politique actuel. Les États-Unis ne disposent pas d’un système parlementaire de type européen qui permet à de nouveaux partis de se présenter et d’être représentés au gouvernement. Si c’était le cas, le parti Démocrate suivrait probablement le chemin des partis sociaux-démocrates européens et se réduirait à un simple has been marginal. [Comme le Parti socialiste français, Ndt]

Mais la véritable démocratie politique et économique est bloquée par la Constitution actuelle et le flibustier du Sénat qui exige une majorité de 60 % pour faire passer des lois, le tout soutenu par une Cour suprême qui impose des solutions du 18e siècle au capitalisme financier et aux néo-rentiers du 21e siècle.

Michael Hudson

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

  1. Alexander Duehren, Natalie Andrews and Richard Rubin,” Paid Leave Is Back in House Bill,” Wall Street Journal, November 4, 2021. ↩
  2. Jordain Carney, “Sanders: Proposed five-year SALT cap repeal ‘beyond unacceptable,’” The Hill, November 2, 2021. The most recent report, as of Nov. 4, is that Sanders agreed to the tax giveaway for home owners making under $400,000, which is now being put forth as the top of “middle-class” income. See Senators Sanders and Menendez Propose Eliminating SALT Cap for People Earning Under $400K. ↩

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.