EN DIRECT A LA TV US : Jeffrey Sachs a affirmé qu’il se pourrait que les Américains soient à l’origine des attaques de sabotage contre les pipelines Nord Stream 1 et 2 !

0
931

Il y a eu lundi une émission télévisée sur « Bloomberg » au sujet de la guerre en Ukraine avec un expert qui a récemment conseillé trois secrétaires généraux de l’ONU a pris la parole donnant son point de vue spontanément, ce qui a pris à dépourvu les animateurs. Jeffrey Sachs, qui est le directeur du Centre pour le développement durable de l’Université de Columbia, a affirmé que les Etats-Unis étaient probablement à l’origine des attaques de sabotage contre les pipelines Nord Stream 1 et 2 lorsqu’on l’a interrogé à ce sujet.

Le principal conseiller de l’ONU a déclaré lors de l’interview en direct : « Le fait principal est que l’économie européenne est martelée à cause de cela, par la coupure soudaine de l’énergie. Et maintenant pour le rendre définitif – la destruction du gazoduc Nord Stream, dont je parierais que c’était une action des États-Unis, peut-être des États-Unis et de la Pologne. » Sachs a ajouté ceci : « C’est de la spéculation » – avant d’être interrompu au milieu de la phrase par l’animateur de l’émission Tom Keene, qui avait l’air un peu sidéré et frustré par le tournant peut-être inattendu de l’interview…

« Euh, Jeff, nous devons nous arrêter là », a fortement interrompu Keene, laissant Sachs perplexe quant à la raison pour laquelle il ne pouvait pas continuer à penser. L’animateur de l’émission a alors demandé : « Pourquoi pensez-vous que c’était une action américaine ? Quelles preuves en avez-vous ? »

Sachs a répondu « Eh bien, d’abord, il y a des preuves radar directes que des hélicoptères militaires américains qui sont normalement basés à Gdansk, qui tournaient au-dessus de cette zone », notant en outre que « Nous avons également eu la menace des États-Unis plus tôt cette année » lorsque Biden a dit que : « d’une manière ou d’une autre nous allons mettre fin à Nord Stream’. »
Le professeur de Columbia a ensuite rappelé qu’il y a quelques jours à peine, « Nous avons également eu une déclaration remarquable du secrétaire Blinken vendredi dernier lors d’une conférence de presse où il a dit  » c’est aussi une formidable opportunité  » « , ce que Sachs a souligné comme étant « une étrange façon de parler si vous vous inquiétez du piratage sur des infrastructures internationales d’importance vitale. »

Inutile de dire que ce n’est pas un aspect du « débat » entourant le mystérieux sabotage de Nord Stream qui a jusqu’à présent été présenté sur Bloomberg, CNN, MSNBC ou d’autres émissions d’information majeures. Mais Sachs a souligné, en défendant son enquête et ses soupçons sur l’implication des États-Unis, que de nombreux responsables et experts pointent du doigt Washington en privé, mais ne l’expriment pas publiquement :

Je sais que cela va à l’encontre de tout ce que l’on nous fait croire – vous n’êtes pas autorisé à dire ces choses en Occident, mais le fait est que partout dans le monde, quand je parle aux gens, ils pensent tous que ce sont les États-Unis qui ont commis ces actes de destruction.

Pendant tout ce temps, les deux animateurs de l’émission ont tenté d’intervenir, avant que Sachs ne soit finalement informé que l’interview ne devrait plus évoquer ce qui « s’est passé ou ne s’est pas passé avec Nord Stream » parce qu’on n’a aucue preuve pour le moment » – comme l’a dit le co-animateur de Bloomberg pour clore le sujet controversé des pipelines.

Ailleurs dans l’interview, Sachs a souligné que « la plupart du monde ne le voit pas [le conflit ukrainien] tel que nous le décrivons » dans les grands médias occidentaux, car ils sont alarmés par l’expansion de l’OTAN. Le professeur de Columbia a également déclaré au début de l’interview :

« Vote après vote aux Nations Unies, en gros, ce sont les pays occidentaux qui ont voté pour des sanctions, des dénonciations et d’autres actions. Alors que la majeure partie du monde, certainement la plus grande partie du monde en termes de population, est sur la touche. Ils voient cela comme un horrible affrontement entre la Russie et les États-Unis. »

Regardez le segment complet de l’interview ci-dessous :

Sachs a également souligné en repoussant la surprise apparente des animateurs de l’émission face à ses points de vue alternatifs selon lesquels il est « du côté de la paix » et a exprimé ses craintes d’une escalade vers une guerre nucléaire : « La Russie estime que cette guerre est au cœur de ses intérêts de sécurité,  » a-t-il dit. Keene à la fin de la vidéo a déclaré que l’émission recevait immédiatement une « réponse enflammée » des téléspectateurs.

Chose intéressante, l’interview de Sachs est intervenue le même jour que l’effondrement et l’« indignation » collectifs des experts grand public face au sondage Twitter « Russie-Ukraine Peace » d’Elon Musk, comme nous l’avons décrit précédemment. Suite à l’avalanche de courriers haineux reçus par Musk, il y a cet échange notable…

Et ci-dessous – une observation précise qui pourrait être appliquée aux cas de Musk et de Sachs expriment des opinions alternatives qui ont perturbé la pensée de groupe intense et le maintien de l’ordre du récit sur l’Ukraine :

En effet, l’homme d’affaires milliardaire pourrait demander la même chose à nombre de ses détracteurs après avoir osé souligner que le monde n’avait pas besoin de cette dangereuse escalade vers la guerre nucléaire… « Qu’avez-vous fait à part transmettre des tweets ? »

Source: zerohedge

ANNONCE

La Nouvelle Méthode Pour Constituer Votre Patrimoine Anti-Crise Sans Subir l'Inflation

Ce que vous allez découvrir :

Oui, Je Veux De Multiples Solutions Haut Rendement De 5 à 30% par mois !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici