Le Canard enchaîné confirme ce mercredi les révélations du magazine Capital sur l’emploi fictif présumé de la maire de Paris entre 2000 et 2003.

Dans son édition de mercredi 8 novembre, Le Canard enchaîné revient sur les révélations de Capital au sujet de l’emploi fictif d’Anne Hidalgo. Au mois d’octobre, le magazine affirmait qu’entre 2000 et 2002 “la pasionaria parisienne de la citoyenneté et du vivre-ensemble s’[était] discrètement fait payer par le ministère du Travail pour un emploi imaginaire”. D’après les calculs de l’hebdomadaire satirique, l’édile aurait perçu indûment 116 000 euros entre 2001 et 2002.

Un quart temps payé à temps plein

Capital, qui se réjouit du fait que Le Canard confirme ses informations, publie ce mardi 7 novembre un nouveau papier à charge contre la maire de Paris. Il est expliqué qu’en novembre 2000, Anne Hidalgo était détachée par le Ministère du Travail au cabinet de Marylise Lebranchu, ministre de la Justice du gouvernement de Lionel Jospin. Puis, elle s’est concentrée sur la campagne municipale de Bertrand Delanoë. “Le Canard révèle qu’elle a pourtant touché durant cette période deux primes de cabinet – pour un montant total de 3.500 euros par mois – en plus de sa rémunération du ministère du Travail, alors qu’elle n’effectuait selon nos confrères, qu’une ‘partie minime de cette fonction’”, indique la revue économique.

Lire la suite sur VA

Il n'y a pas encore de commentaires