« Aujourd’hui on a le droit, hier non, impossible, vous étiez traité de complotiste-parano-cerveau-malade… mais aujourd’hui ça passe, ça passe tellement que le président himself peut dire que Daech/ISIS est financé par les amis de la France : la Saoudie maudite et le Qatar ! Incroyable mais vrai. Sauf qu’il n’y aura aucune sanction, aucun bombardement, aucune saisie des comptes des émirs escrocs de ces deux pays ! Curieux non ?

Si vous avez 8 ans, que vous dites que vous n’êtes pas Charlie : menaces, garde à vue, convocation des parents… Si vous financez Daech et le terrorisme international, vous avez le droit d’acheter le PSG, Total, EADS, la place Vendôme et même droit à la légion d’honneur. Quelle est la logique qui fait prendre de telles décisions à nos dirigeants ?!! »

LLP, le 2 septembre 2017

Pour Macron, le Qatar et l’Arabie Saoudite ont financé le terrorisme

« Dans son interview au Point, publié ce jeudi, le chef de l’Etat met en cause l’Arabie Saoudite et le Qatar concernant le financement, indirect, du terrorisme.

Dans la lutte contre le terrorisme, Emmanuel Macron franchit un cap supplémentaire -diplomatique- dans son interview fleuve au Point, publiée ce jeudi.

Alors que les dirigeants politiques français prennent soin de ménager les pétromonarchies du Golfe, notamment le Qatar accusé par certains pays dont les Etats-Unis de financer le terrorisme, le chef de l’Etat met en cause l’émirat. Idem pour son très fermé voisin l’Arabie Saoudite, comme l’a souligné ce jeudi matin le chroniqueur de France info Jean-Michel Apathie.

« J’ai établi des relations d’une extrême franchise avec l’ensemble des puissances du Golfe », explique-t-il. Avant d’ajouter: « Dans mon dialogue avec les Emiriens, les Saoudiens et les Qatariens, j’aborde la question du financement du terrorisme. Le Qatar et l’Arabie saoudite ont financé des groupements qui n’étaient pas les mêmes, mais qui ont de fait contribué au terrorisme », assure-t-il à la page 48 de l’hebdomadaire.

Doha mis au ban

Une double mise en cause, indirecte mais rare, qui risque de crisper les relations entre Paris, Doha et Riyad. D’autant plus que l’Arabie Sadoudite et le Qatar sont en froid depuis le début de l’été. Début juin, Riyad, mais aussi les Émirats arabes unis et le Bahreïn ont rompu leurs liens avec le Qatar et l’accusent justement de financer le terrorisme. Les relations diplomatiques ont été coupées et les frontières fermées. Objectif: isoler Doha dans le Golfe persique.

Une position saoudienne jugée ambiguë. Comme l’assure l’hebdomadaire Marianne, « [Daech, Al-Qaïda] auraient précisément bénéficié de la manne financière saoudienne, selon plusieurs câbles diplomatiques qui ont fuité dans la presse ». Quelques mois après les attentats du Bataclan, LObs s’interrogeait: « L’Arabie saoudite, principal bailleur de fonds de Daech? » Dans son récit, l’hebdomadaire relaie un rapport du Congrès américain, publié en avril 2015, dans lequel il affirme que Daech a reçu des transferts d’argent conséquents venus de donateurs privés du Qatar, du Koweït… et d’Arabie saoudite ».

L’Express, le 31 août 2017

Il n'y a pas encore de commentaires