Élisabeth Borne lance un nouveau (rantan)plan vélo !

0
360

Le temps passe vite mais pas assez pour tout oublier. C’est ainsi qu’on se souvient d’il y a un peu plus d’un an, une certaine Elisabeth Borne lançait avec brio un premier plan vélo qui permettait enfin à chaque Français d’entrer – en pédalant – dans le XXIème siècle. Pour parfaire les résultats déjà flamboyants de ce premier plan vélo, voilà poindre à présent un second plan vélo dont on renifle déjà les parfums de réussite auprès d’un public qu’on sait évidemment conquis.

On dit généralement que l’intelligence se caractérise notamment par une capacité à s’adapter aux paramètres changeants de son environnement. À contrario, l’obstination, l’entêtement crâne et parfaitement décalé des réalités du terrain d’Elizabeth Borne à mettre tout le monde sur des biclous permet d’établir une assez bonne mesure des prouesses qui nous attendent alors qu’on pressent, intuitivement, que le premier ministre n’a pas encore donné toute sa puissance pour faire absolument n’importe quoi. Le niveau n’est pas encore olympique et nous ne sommes apparemment qu’à 0,78 BLM, la référence étalon d’un certain Bruno de Bercy.

Et alors que le premier plan avait enfin permis à tant de Français d’acquérir une bicyclette grâce à l’argent gratuit du contribuable, ce second plan entend créer un inestimable et indispensable « Comité interministériel du vélo », dont les membres – les ministres concernés comme celui des transports, de l’énergie, de la santé, des sports, et pourquoi pas de l’éducation, de l’armée ou des solidarités à aile delta avec biturbo chromé et j’en passe – pourront se réunir tous les six mois, afin de piloter au plus près la pénétration du vélo dans tous les foyers français.

gifa bike faceplant fail vélo

250 millions d’euros, c’est une paille en ces temps d’opulence joyeuse qui seront donc mobilisés afin de – je cite la presse extatique – « faire émerger une filière vélo nationale », ce qui est une bonne étape pour imposer la mobilité douce à tous dont le but est, je vous le rappelle, de trouver des méthodes douces pour écraser du piéton et créer des embouteillages monstres dans les grandes villes.

Il faut au moins ça ! Pensez donc : la France ne peut pas, après avoir maîtrisé le nucléaire, l’espace, les trains grande vitesse et le minitel, s’arrêter en si bon chemin là où quelques coups de pédale supplémentaires la propulseraient à l’évidence dans le talus du bonheur et l’ornière d’une révolution industrielle capable à elle seule de faire du pays une nouvelle référence en technologies de pédalomanie.

Ces investissements, qui s’étaleront langoureusement comme les anchois sur les canapés des cocktails-parties de l’Élysée jusqu’en 2027, entendent également amener toute une classe d’âge à la maîtrise de ces engins d’avenir. À l’instar du baccalauréat qui a permis là aussi à toute une classe d’âge de maîtriser fièrement la lecture, l’écriture et les tables d’addition et de multiplication jusqu’à 6, on peut donc s’estimer confiant qu’en 2027, tous les enfants de France sauront rouler en tricycle électrique bridé, avec un casque et sous la surveillance d’un fonctionnaire dûment accrédité.

Une question, évidente, taraudera sans doute le lecteur attentif : à quand un plan trottinette ? Assurément, quelques centaines de millions d’euros – tout au plus – permettraient à la fois de conscientiser l’automobiliste pollueur, d’éduquer les usagers de ces nouveaux moyens de transports aux règles indispensable de la route et (surtout) du vivrensemble, et à la fois d’aménager encore un peu plus quelques pistes trottinettables dans les grandes villes.

Si l’on compte sur la disparition des voitures (inévitable aux dires de certains) et à part quelques vélos, les routes seront donc à peu près vides, relançant mécaniquement l’intérêt pour réapprendre les déplacements à cheval. Cela posera d’autres soucis, mais on s’en fiche complètement car alors, la Startup Nèchion sera en totale résonnance avec Gaïa, maîtrisera des technologies vues nulle part ailleurs et aura ce parfum (inimitable) de crottin de la fin du XIXè siècle que les touristes se battront pour venir humer.

Pas de doute, avec ce nouveau plan vélo (et son comité interministériel lunaire), le moquage de visage est total, complet, visible et indéniable.

Petit-à-petit, on peut même espérer que cette visibilité parvienne à toucher tout le monde et lui montrer que le verdissement à marche forcée rend l’ensemble du pays invivable : dans ce qui s’apparente à une déroute intellectuelle majeure et l’absence de toute planification (mais qui est, en réalité, parfaitement voulu), on pousse les gens vers les voitures électriques alors même qu’on fait absolument tout pour réduire la production électrique disponible, depuis les décisions politiques qui ont fait semblant de libéraliser le marché de l’énergie (et quelle farce !) jusqu’aux fermetures arbitraires de centrales, en passant par la revente à perte d’électricité ou de l’achat de gaz pour le compte d’une Allemagne qui n’a cessé de planter des poignards dans le dos de ses partenaires européens, notamment la France.

On en arrive maintenant à inciter les niais à se procurer des voitures électriques (ce qu’ils font, les niais !) tout en leur expliquant calmement qu’on devra probablement s’abstenir de les charger cet hiver pour éviter des soucis. La schadenfreude des possesseurs de voitures thermiques ne compensera pas la misère qui, elle, s’abattra sur tous sans distinction (à l’exception des politiciens qui ont consciencieusement poussé ces âneries abyssales dans les tuyaux législatifs).

Pour rappel, la décision de fermeture de 12 réacteurs supplémentaires n’a toujours pas été annulée par la brochette de sinistres enflures qui nous gouvernent.

Ce pays est foutu.

gifa bike crash fail vélo
ANNONCE

La Nouvelle Méthode Pour Constituer Votre Patrimoine Anti-Crise Sans Subir l'Inflation

Ce que vous allez découvrir :

Oui, Je Veux De Multiples Solutions Haut Rendement De 5 à 30% par mois !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici