La revue de presse en temps réel

« Ecorama. La FED forcée à relever ses taux en raison de l’emploi américain excellent ». L’édito de Charles SANNAT

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Les marchés financiers, comme prévus se mettent non pas encore à trembler, mais à être un peu plus perplexes sur la véracité de leurs hypothèses !

Comme vous le savez les bourses comprenaient que les taux allaient cesser de monter et que même les banques centrales allaient commencer à les baisser. Il faut dire que les banques centrales disaient qu’elles allaient continuer à les monter. Il faut dire que le FMI disait également qu’il fallait que les banques centrales expliquent mieux aux marchés qu’elles devraient maintenir les taux plus hauts et plus longtemps qu’ils ne le pensent.

Donc voyez, avec tous ces éléments indiquant que nous ne sommes pas à la fin du cycle de resserrement monétaire actuels, les brillants financiers des marchés considéraient qu’il fallait faire monter les bourses encore plus haut.

Rien n’y faisait jusqu’au dernier rapport sur l’emploi américain !

Comme nous le relaie le site Investing (source ici) « Les marchés ont été surpris vendredi par le rapport sur l’emploi américain, qui a dépassé toutes les prévisions du consensus. L’économie américaine a créé 517 000 emplois en janvier et a fait baisser le taux de chômage à 3,4 %, le plus bas depuis 1969. En ce sens, au-delà des données surprenantes, ce qui est frappant, ce sont les révisions des séries historiques, qui soulignent la forte saturation du marché du travail américain », a commenté la March Bank.

« La surprise vient principalement du secteur des services (loisirs +128.000 emplois, les salaires s’accélèrent à +7 % contre +6,5 % précédemment) et les données suggèrent que l’inflation de base dans les services hors logement (désormais surveillée de près par la Fed) reste élevée, ce qui laisse présager que les taux des Fed Funds resteront à des niveaux élevés (autour de 5 %) pendant un bon moment une fois qu’ils auront atteint leur plafond dans les prochains mois, et contre les attentes du marché de -50bp au second semestre 2023 ».

« Le scénario ‘idéal’ escompté par les investisseurs s’est heurté à un revers vendredi : les données sur l’emploi non agricole publiées aux États-Unis pour le mois de janvier ont montré de manière surprenante que le marché du travail américain reste très solide et que, jusqu’à présent, la politique monétaire restrictive de la Réserve fédérale (Fed) n’atteint pas son objectif d’assouplissement, le taux de chômage atteignant son plus bas niveau depuis 54 ans », souligne-t-on chez Link Securities.

Laissez tomber le débat sur la réalité des chiffres !

On peut toujours critiquer la véracité des chiffres, cela n’aura aucun impact sur les marchés car les marchés croient aux statistiques, même si ces dernières sont fausses ou bien imparfaites. D’un point de vue analytique, les chiffres sont vrais, même s’ils sont faux si tout le monde y croit.

De la même manière, votre billet de 50 euros vaut 50 euros, parce que tout le monde partage la croyance dans le « pouvoir d’achat » de ce billet.

Après dans les échanges que j’ai eus avec David Jacquot je vous partage une petite analyse sur les raisons de ces chiffres excellents de l’emploi américain, qui ne devraient pas durer encore très longtemps avec une petite théorie en prime.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Censure : découvrez la vidéo que les réseaux sociaux et les médias ne veulent pas que vous voyez !

X