Dupont-Aignan sur Macron: «Un homme isolé, incendiaire, dangereux»

0
1150

17.03.2023 

Des débordements partout en France. Plusieurs villes en France ont été ce jeudi soir le théâtre de manifestations spontanées, parfois violentes, à la suite du déclenchement de l’article 49.3. Le passage en force du président français, Emmanuel Macron, avec la Première ministre, Elisabeth Borne, par l’emploi du 49.3 – la onzième fois – pour faire passer la réforme des retraites a mis le feu à la mèche de la bombe à retardement qui ne cesse d’être gavée de dynamite au fil du temps depuis 2017. 

Le conflit en Ukraine, l’entrée de l’économie française dans une économie de guerre décidée par Emmanuel Macron pour soutenir Volodymyr Zelensky avec l’envoi des milliards d’euros à Kiev, le souvenir des violences envers les Gilets jaunes et des violentes décisions prises pour juguler la pandémie de la Covid-19 (interdiction de travailler pour les soignants son vaccinés, interdiction de visiter les personnes âgées dans les EHPAD) ont mis en branle un changement de régime en France. 

Le 49.3, le onzième acte de trop qui fait sortir le peuple français dans les rues. Observateur Continental avertissait qu’ Emmanuel «Macron prépare les Français à faire des sacrifices pour le bien de l’Ukraine» car «la société française est extrêmement préoccupée par le conflit ukrainien et surtout en raison de ses conséquences économiques». Le comportement du président français, Emmanuel Macron, interrogeait, car il semblait, déjà, qu’ «il devrait écouter ses électeurs, agir et contribuer à la conclusion rapide d’un accord de paix». «Mais, en réalité, Emmanuel Macron se comporte à la fois de manière ambiguë et agressive», concluait, alors, Observateur Continental

Ce constat a été de nouveau mis sur la table par Nicolas, Dupont-Aignan, président de Debout la France et député à l’Assemblée nationale, qui a déclaré ce matin sur La Matinale de CNEWS: «[Emmanuel Macron] est un homme isolé, incendiaire, dangereux»; «Quand on a un irresponsable à la tête de l’Etat, on ne peut pas continuer avec un chef d’Etat immature, incendiaire. Le peuple français est le seul à décider». Nicolas, Dupont-Aignan a demandé un référendum populaire. Et, d’autres personnalités politiques le réclament, également. L’emploi du 49.3 pour la onzième fois est la marque du déni de la démocratie envers le peuple souverain. 

Le gouvernement français ne veut pas céder. Le porte-parole du gouvernement Olivier Véran assure ce vendredi sur France Inter que l’exécutif «a vocation à continuer de gouverner le pays» au lendemain du 49.3. Pour l’ancien porte-parole du gouvernement et actuel ministre délégué chargé des Comptes publics au sein du gouvernement Elisabeth Borne, Gabriel Attal, c’est la faute de la France insoumise (LFI): «Jean-Luc Mélenchon souhaite la crise permanente» car «l’ancien candidat à la présidentielle a « encouragé » jeudi les « mobilisations spontanées dans tout le pays » et « c’est là que ça se passe »». L’actuel gouvernement français reste ferme et continue, ainsi, dans le déni démocratique, n’écoutant pas les demandes de sa population. 

Bordeaux, Nantes, Paris, Rennes, Brest, Strasbourg, Mulhouse, Marseille, Lyon, Lille. «Après le 49.3, manif sauvage et intersyndicale galvanisée à Bordeaux», titre RUE89. De Bordeaux on avertit que la «démocratie est en danger». «Bordeaux: Des feux de poubelles ont été allumés partout dans le centre-ville de Nantes», titre Ouest-France. Ces actions ont été listées dans plusieurs villes en France et se déclinent de la même manière. «La manifestation a dégénéré contre la réforme des retraites à Nantes», constate France Bleu.  

Les mêmes événements ont agité une longue liste de villes en France, pour les mêmes raisons. Jeudi soir, en «colère» ou «révoltés», plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés dans diverses villes de France, des manifestations émaillées de tensions. Les opposants à la réforme des retraites continuent d’être mobilisés ce vendredi 17 mars. La grève se poursuit à la SNCF et plusieurs rassemblements sont organisés en région, dont des blocages. 

Inquiétude des responsables politiques. Après le 49.3, Darmanin demande aux préfets de maintenir «fermement» la protection des élus, après l’irruption de tensions partout en France en réaction au recours à l’article 49.3 pour faire passer la réforme des retraites. Gérald Darmanin a envoyé ce jeudi soir un télégramme à tous les préfets faisant appel à leur «vigilance» et «entière mobilisation pour garantir la sécurité de l’ensemble des élus de notre République». «Les élus, notamment les parlementaires, font parfois l’objet de menaces, d’outrages, d’injures ou encore d’actes de malveillance tels que des dégradations de bien. Ces actes d’intimidation et violences sont inacceptables», a déploré le ministre de l’Intérieur. 

Le choix d’Emmanuel Macron de basculer dans l’économie de guerre est dangereux pour la France. Le conflit en Ukraine, qui impacte l’économie française, aurait pu être évité par la diplomatie française. Observateur Continental soulignait que la Russie a réaffirmé, «comme nos collègues français», «l’absence d’alternative aux Accords de Minsk», mais signalé que l’interprétation du côté français diverge», notant qu’Emmanuel Macron choisissait de suivre la ligne de Washington et de l’Otan au lieu de choisir la paix. 

Le choix du président français, Emmanuel Macron, de s’allier avec Washington pour soutenir le pouvoir politique de Kiev au lieu de veiller à la réalisation des accords de Minsk a fait basculer la France dans une crise économique et sociale historique. Au mois de décembre dernier, «au total 2,7 milliards d’euros ont été dépensés» par la France pour aider l’Ukraine. CNEWS listait ces dépenses: «Selon les chiffres de l’Elysée, les deux milliards d’euros d’aide promis par le président de la République ont déjà été dépassés. En effet avec l’aide militaire à hauteur de 750 millions d’euros pour le moment, l’aide humanitaire représentant 371,6 millions d’euros, l’aide financière de 1,6 milliard d’euros et l’aide judiciaire de 13,9 millions d’euros». Emmanuel Macron a choisi l’économie de guerre au profit de l’Ukraine au lieu de veiller à la paix face à un conflit, qui couve depuis 2014 en Europe, et, au lieu, également, de viser la paix sociale en France après trois ans de pandémie liée à la Covid-19, en préservant les Français de l’inflation et de la crise économique. 

La volonté du gouvernement français de persister dans sa politique est l’annonce d’un changement de régime en France. «Le mouvement social pourrait se durcir», avertit CNEWS. Le mois de mai 2023 arrive. 

Les députés ont jusqu’à 15h20 pour déposer une motion de censure au moment où les média étrangers considèrent Emmanuel Macron comme «affaibli et isolé» et comme le responsable de la situation dans le pays. 

Olivier Renault

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

ANNONCE

Leurs crises, nos solutions ! rejoignez nous sur Telegram

NOS GUIDES GRATUITS 🎁

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici