Dans l’État de New York, afin de réparer les injustices de la «guerre contre les drogues», les dealers condamnés seront les premiers à obtenir des licences pour en vendre légalement

0
373
&body=https://planetes360.fr/dans-letat-de-new-york-afin-de-reparer-les-injustices-de-la-guerre-contre-les-drogues-les-dealers-condamnes-seront-les-premiers-a-obtenir-des-licences-pour-en-vendre-legalement/" title="E-mail" >
E-mail

La nouvelle loi prévoit de réparer les injustices de la «guerre contre les drogues», qui a particulièrement touché les communautés afro-américaines et latinos par le passé.

Les premières licences autorisant la vente de cannabis dans l’État de New York ont été attribuées la semaine du 21 novembre. S’il ne s’agit pas du premier État à légaliser la vente de cannabis à usage récréatif, la méthode d’attribution singulière de ces premières licences apparaît comme une vraie expérience en matière de justice réparatrice.

En effet, pour obtenir une de ces 150 premières licences, il faut «avoir été condamné pour des infractions relatives au cannabis par l’État de New York avant le 31 mars 2021. Cela peut être avoir été condamné pour possession ou pour vente, ou tout autre infraction découlant de la possession de cannabis», résume Jeffrey Hoffman, avocat sur les questions relatives à cette substance.

Les membres de la famille directe (parents ou enfants) de personnes condamnées pour des infractions liées au cannabis sont aussi éligibles, mais le nombre élevé de demandes, 903 pour seulement 150 places, laisse penser qu’il y a peu de chances qu’elles obtiennent gain de cause, les personnes condamnées étant prioritaires.

Contre la drogue, une législation sévère et inégale

Derrière ce prérequis qui peut étonner, amuser ou même choquer, se cache la volonté de l’État de New York de réparer le mal que la pénalisation du cannabis a causé aux individus et aux communautés les plus sévèrement impactées.

New York a pendant très longtemps eu des lois draconiennes vis-à-vis du cannabis. Or, celles-ci étaient le plus souvent appliquées plus rigoureusement envers les populations pauvres et non blanches de l’État, l’exemple le plus parlant étant sûrement celui des lois mises en place en 1973 par le gouverneur de l’État et aspirant à la présidence du pays, Nelson Rockefeller. Cette législation très dure s’inscrit alors dans la «guerre contre les drogues» (War on Drugs) déclarée par le président Richard Nixon, qui incite les politiciens à l’escalade sur ces thématiques.

www.slate.fr

BONUS : Accédez gratuitement au programme non-censuré “Se Débancariser”

ANNONCE

100% GRATUIT 👇

----------------------------------------------------------

BONUS : Accédez gratuitement au programme non-censuré “Se Débancariser”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici