ADVERTISEMENT

COVID-19, VACCIN : Ces Cartes qui Démontrent Combien Christian Perronne a Raison

ADVERTISEMENT

Il faut remercier Yvan Rioufol d’avoir bravé le CSA et les Bien pensants pour permettre à Christian Perronne de s’exprimer.

Un grand monsieur, modeste et profondément humain.

Ce cher Professeur a eu à peine le temps d’asséner des vérités que je voudrais ici conforter par des cartes, des graphiques et des éléments factuels incontestables.

carte

Les effets secondaires ?

17 821 décès liés aux vaccins anti Covid déclarés sur Eudravigilance au 20.11.2021 (base de pharmacovigilance) – Pfizer : 8 724 – Moderna : 4 542 – Astra Zeneca : 3 731 – Jansen : 841 La pharmacovigilance ne remonte qu’entre 1% et 10% de la réalité.

Professeur Perronne : il n’y a pas de 5ème vague. Les « vaccins » Covid n’empêchent pas d’attraper le Covid, ni de le transmettre ni de faire une forme grave. Tous les pays qui n’ont pas utilisé ces « vaccins » s’en sortent mieux. regardez les cartes.

Le devenir de la Pandémie ?

C ‘est l’histoire qui donne raison à Christian Perronne, le précédent virus, celui de 1890 est devenu un simple rhume qui nous protège contre la covid actuelle, oui ce type de virus s’affaiblit à la condition de ne pas jouer aux apprentis sorciers…

Il suffit ensuite de regarder les cartes….

Commentaire : Au cas où la vidéo disparaîtrait de YT (forte probabilité), elle est également visible sur ce lien Telegram : https://t.me/videointeressante/3

Ces populations protégées car soignées contre le palu et l’onchocercose

S’il n’y a pas de pouvoirs politiques libres qui puissent faire le choix de l’ivermectine ou de l’hydroxychloroquine, il y a peut-être des populations qui ont été protégées de la Covid malgré ces autorités politiques, c’est-à-dire protégées parce qu’elles étaient tout simplement soignées pour d’autres maladies. C’est le cas pour l’onchocercose, c’est-à-dire la cécité des rivières.

  • L’onchocercose est une maladie due à une filaire qui est un parasite l’onchocerca volvulus, vivant sous la peau. Cette maladie touche environ 25 millions d’individus dans le monde. Le risque majeur est la cécité par atteinte de la cornée et de la rétine.
  • Le traitement par l’ivermectine, en une prise tous les six mois, permet maintenant de faire régresser la maladie.
  • La prévention, comme souvent, est en partie liée à l’éradication des simulies par des insecticides et l’assèchement des zones humides où elles vivent.

Vous avez en rouge les zones du monde qui sont particulièrement touchées. Je peux vous assurer que les populations soignées contre l’onchocercose, sont protégées de la COVID. On peut tout à fait s’intéresser aussi aux médecines disparues ; pour l’onchocercose, on sait très bien que c’est l’ivermectine.

filarioses

filarioses humaines

Le virus n’aime pas le palu, mais alors pas du tout. On sait très bien que pour le palu, il y a l’artéminisinine, un peu l’ivermectine, l’hydroxychloroquine.

carte
carte
carte

Cette étude est d’Idriss Aberkane, Gérard Maudrux l’a reprise. C’est la différence entre l’Afrique qui est soignée à l’ivermectine contre la cécité des rivières par rapport à celle qui ne l’est pas. On voit très nettement que l’Afrique soignée à l’ivermectine – malgré elle – a infiniment moins de morts que l’Afrique qui n’est pas soignée à l’ivermectine, qui a la « malchance » de ne pas avoir d’onchocercose.

Plus de 99% des cas d’onchocercose en Afrique ont lieu dans ces 32 pays, soit 973 millions d’habitants qui font l’objet d’une campagne massive de l’OMS avec l’ivermectine, en vue d’éradiquer la maladie. Les 22 autres pays (« groupe placebo »de 357 millions d’habitants) ne l’utilisent pas.

La situation est plus intéressante encore pour l’Afrique sub saharienne avec la fracture entre la République sud-africaine (et ses satellites) et le reste du continent, du Sénégal au Congo.

  • En Afrique du Sud, 18% de vaccinés, pays officiellement le plus touché avec un total de 83 899 décès dus au Covid-19, environ 7 400 nouveaux cas et 234 nouveaux décès quotidiens recensés en moyenne ces sept derniers jours, contre jusqu’à 20 000 cas et 420 décès par jour en juillet.
  • La République Sud Africaine pourchasse ceux qui voudraient utiliser l’ivermectine et bat tous les records de Covid du continent !
  • Elle n’est touchée ni par le paludisme, ni par la cécité des rivières, donc il faut se tourner vers la propagande (sic – Note de Sott) pour tenter de s’en procurer.
courbes
  • Au Mozambique tout proche avec moins de 5% de vaccinés mais une ivermectine omniprésente, la Covid tue 100 fois moins par million d’habitants. Les habitants de la Namibie peuvent s’en procurer et la Covid ne pose plus de problème.

Il fallait être attentif et comparer ce qui est comparable. Et je préfère me contenter de comparer, dans le Maghreb, la Tunisie et les autres.

Maghreb : la Tunisie victime du Paracétamol

-Au moins 38% des Tunisiens ont reçu leur première dose contre 7% des Egyptiens mais pas de commune mesure entre les deux pays ; par million d’habitants, il y cent fois moins de cas et de décès en Égypte. Le Maroc a vacciné la moitié de sa population et il est relativement épargné, tout comme l’Algérie.

-Ces trois pays ont des structures démographiques, des comorbidités proches. Pourquoi la Tunisie et pas les deux autres ?? Une seule explication explose : le Maroc reste fidèle au protocole Raoult, l’Égypte y ajoute l’ivermectine. La Tunisie s’est soumise à l’interdiction des traitements précoces.

L’Amérique latine guérie du palu et de l’onchocercose plonge dans la Covid

L’Amérique centrale et les Caraïbes connaissent ces molécules, au Mexique l’exemple viendra du Chiapas et sera repris par Mexico. Dans le Golfe du Mexique, Haïti [est] protégée, et nos DOM TOM privés de la molécule qui les soignent font de la résistance.

Le Chiapas est en jaune :

courbes

Le Costa Rica vaccine et écoute Big Pharma, Panama prend l’ivermectine :

covid

Le Brésil

Il faut en finir avec une légende médiatique, le Brésil n’est pas le pays de l’ivermectine et des soins précoces, au contraire. C’ est un État fédéral, Bolsonaro n’a aucun pouvoir dans le secteur sanitaire. Le Brésil est le modèle de pays n’AYANT PAS EU RECOURS AUX TRAITEMENTS PRÉCOCES, il le paie très cher. Pire les vaccins pasteuriens à virus atténués interdits en France sont plus efficaces que les injections experimentales de Pfizer. Mais le vaccin n’est pas suffisant.

Bolsonaro n’a constitutionnellement pas de moyens d’agir, il fait des discours . Dans les faits, le Brésil vaccine et ne soigne pas précocement …

https://www.gov.br/saude/pt-br

Il y a un an, la Cour suprême avait donné aux États et aux municipalités l’autonomie pour imposer leurs propres mesures de restriction. Mais dans la pratique, sauf quelques rares exceptions, notamment dans quelques villes de l’État de Sao Paulo (sud-est), seules certaines activités considérées comme non essentielles ont été fermées, sans confinement total.

À ce jour, le confinement au Brésil est décidé par les autorités locales. la Cour suprême a confirmé que chaque gouverneur pouvait décider des mesures d’isolement social. « Ce n’est pas au gouvernement fédéral de bannir des mesures […] qui ont prouvé leur efficacité pour réduire le nombre de contaminations et de morts», peut-on lire dans la décision de justice. Selon le Brazilian Report, la Cour suprême donne ainsi «un feu vert aux États pour défier le Président».

Bolsonaro a manifesté son attachement à la chloroquine mais sans le moindre effet sur la politique du pays et ce malgré des études réalisées dans les hôpitaux brésiliens favorables à la molécule.

L’utilisation de l’hcq progresse bien de 50% en mars avril 2020, mais passée la première vague, elle est abandonnée pour suivre les avis de l’OMS et déplaire à Bolsonaro .

courbe

Les bonnes pratiques des États du Nord des USA, et les « ploucs » du Sud ou des Caraïbes qui prennent de l’ivermectine :

states

Le modèle du Kerala et celui de l’Uttar Pradesh

Il faut rappeler que l’Inde est un État fédéral où les enjeux politiques sont considérables et que l’OMS est omniprésente ; mais deux cas de figure apparaissent : le symbole du Kerala FACE à celui de Uttar Pradesh.

inde

Fin août 2021, les médias indiens remarquaient l’écart entre le succès massif de l’Uttar Pradesh et l’échec relatif d’autres États, comme le Kerala. Fin août, le Kerala (20% de vaccinés) avec ses 35 millions d’habitants, signalait 31 445 nouveaux cas (et 215 décès) en une journée, alors que l’Uttar Pradesh (5% de vaccinés), avec une population de près de 240 millions d’habitants, ne signalait que 22 cas (2 décès) le même jour. La principale différence pouvant expliquer ces résultats que les vaccins ne corrigeaient pas : l’un avait le kit, l’autre le refusait, sur les conseils de l’OMS. Est-ce que, en distribuant d’un côté, en déconseillant de l’autre, l’OMS et le CDC ont volontairement voulu faire un test grandeur nature avec des États traités et des États placebos ?

covid india

Au Kerala, 92,4% des adultes ont reçu au moins une dose de vaccin ; dans l’Uttar Pradesh, ils ont cassé la maladie alors qu’il y avait 5% de vaccinés. L’Uttar Pradesh soignait à l’ivermectine, pas le Kerala. Regardez bien parce que ce qui m’intéresse n’est pas tant le Kerala contre l’Uttar Pradesh. Pourquoi ? J’ai discuté avec des gens qui n’ont pas du tout mon avis ; ils m’ont dit qu’ils avaient sous-estimé la mortalité. J’ai fait une étude et je ne me cache pas la sous-estimation. Je me suis lancé dans toutes les approches comme je le fais toujours, entre la mortalité telle qu’elle est déclarée et la mortalité telle qu’elle est. Et oui, peut-être que dans l’Uttar Pradesh on a sous-estimé les décès de trois à un. On ne l’a pas fait que là, on l’a également fait dans des États qui ne soignaient pas à l’ivermectine, dans des États où, au contraire, on pratique la politique voulue par l’OMS. Et là, je me suis dit qu’il fallait comparer en fait le Kerala et le Karnata. Pourquoi ? Parce que ces deux États sont tout à côté ; j’ai mené une étude permettant de calculer combien ils avaient sous-estimé de morts. C’est la même chose, un à trois dans les deux cas.

uttar
inde
inde

Mais quand on tient compte de toutes ces données, l’un a soigné massivement à l’ivermectine, l’autre absolument pas. Au Kerala : 37 millions d’habitants, 748 morts par million, au Karnata : 68 millions d’habitants, 567 morts par million. Ce n’est pas extraordinaire mais là, je peux dire que la seule différence qu’il y a entre ces deux États très proches, c’est que l’un a soigné à l’ivermectine et l’autre pas. Et que l’on ne me sorte pas qu’ils ont sous-estimé les chiffres ; non, non, ils n’ont pas plus sous-estimé l’un que l’autre et là, il s’est bien passé quelque chose.

Indonésie et Philippines

On pourrait également montrer comment l’Indonésie a utilisé l’ivermectine avec très peu de vaccinés. On compare tout simplement avec l’archipel le plus proche, les Philippines ; eh bien, eux, ils sont dans la gadoue et ils y restent sans avoir soigné à l’ivermectine.

indonésie
courbe
covid

Pouvez vous relever sur cette carte un seul pays soignant à l’ivermectine qui connaisse une progression de la pandémie ?

vaxxx

Pouvez vous comparez les deux cartes ???

Source : sott
ADVERTISEMENT

Ça peut vous interesser

Next Post

PLANETES360 SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.