Covid 19 – Fabrique de la panique : le putsch de la finance

0
602

Cette vidéo est le neuvième et dernier épisode de la série réalisée avec le média Kairos.

Dans le premier épisode, nous avons vu qu’il n’y a eu aucune hécatombe nulle part en Europe, ni en 2020, ni en 2021.

Dans le deuxième épisode nous avons vu qu’il n’y a pas eu la saturation hospitalière annoncée.


Dans le troisième épisode nous avons vu qu’il n’y a pas non plus eu un « déferlement » de malades. Il y a eu bien moins de malades comptabilisés que pendant les épisodes dit « grippaux » du passé. Nous vivons une épidémie de « cas » entretenue par les fameux « tests » qui n’ont pas de rapport avec la moindre maladie.

Dans le quatrième épisode nous avons vu le moteur même de la fraude : l’utilisation de codes spécifiques par les hôpitaux de façon à produire les « bonnes » statistiques.

Dans le cinquième épisode nous découvrions le socle de l’idéologie sanitaire actuelle qui ne repose sur aucune expérience et est contredite par les statistiques : la contamination

Dans le sixième épisode nous avons fait le tour des causes de décès depuis le début de la cirse sanitaire à l’aide des rapports du Sénat, de Santé Publique France, de l’ATIH et des statistiques de décès de l’Insee pour découvrir le lien entre les mesures et les hausses de mortalité.

Dans le septième épisode nous analysons les fameuses injections. Nous avons vu que derrière le mot « efficace » se cache un biais de comptage bien utile.

Dans le huitième épisode nous poursuivons l’analyse des fameuses injections. Nous avons vu que derrière le mot « sûr » se cache une absence de comptage.

Enfin, ce neuvième épisode reprend l’ensemble de la corruption financière, politique, et plus largement systémique qui a permis de mettre en place le grand absurdistan pendant plus de 2 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.