Berlin et Paris restent en état de rancune mutuelle

0
228

23.01.2023 

Il reste des différends tactiques entre l’Allemagne et la France concernant le développement de l’Europe et l’aide à l’Ukraine. 

Le chancelier allemand Olaf Scholz s’est rendu dimanche en visite à Paris à l’occasion des 60 ans du traité de l’Élysée pour rencontrer le président français Emmanuel Macron. En outre, plus de 300 représentants d’organes législatifs des deux pays se sont réunis dans la capitale française. Bien que l’Allemagne et la France soient des alliés, leurs relations font parfois face à des contradictions, notamment concernant la livraison d’armes à l’Ukraine. 

Une grande rencontre entre des représentants des deux pays se déroulait à la Sorbonne, alors que des membres de gouvernement se sont réunis au palais de l’Élysée. À la Sorbonne, Olaf Scholz a déclaré que Berlin et Paris étaient prêts à mener ensemble l’Europe en avant et à élaborer une stratégie énergétique. 

Les Allemands et les Français fêtent l’anniversaire du traité de l’Élysée signé le 22 janvier 1963 par le président de la Ve République Charles de Gaulle et le chancelier allemand Konrad Adenauer. Il a scellé la coopération étroite entre les deux pays après des siècles d’hostilités. Il était important pour de Gaulle de signer ce traité entre les deux pays sans la participation de Washington et de Londres, ce qui soulignait une certaine indépendance de l’Europe continentale. 

Sachant que la chancelière allemande Angela Merkel a signé, 56 ans plus tard, avec Emmanuel Macron le traité d’Aix-la-Chapelle qui est une suite logique du traité de l’Élysée visant à renforcer les liens dans les secteurs économique, politique, scientifique et éducatif. 

--- 🤯 Le projet fou de Klaus Schwab et comment s’en protéger 🤑🤑  ----

L’une des questions principales à l’ordre du jour, hormis la lutte contre la crise et le passage à l’économie verte, est l’aide militaire à l’Ukraine. Les délégations évoqueront également les démarches à adopter dans le contexte de la stratégie protectionniste de Washington visant à défendre ses producteurs. 

La visite de la délégation allemande d’un tel niveau était initialement prévue en octobre, mais elle a dû être reportée à cause des divergences entre Berlin et Paris. Le gouvernement allemand a annoncé une subvention de 200 millions d’euros pour réduire les prix des hydrocarbures début octobre sans en informer l’Élysée et en annulant une visioconférence du chancelier avec Emmanuel Macron. La réponse n’était pas directe mais sensible: la visite d’Olaf Scholz à Paris s’est déroulée sans conférence de presse conjointe des deux dirigeants. 

Le chancelier allemand a refusé d’entrer en confrontation avec la Chine, un partenaire économique crucial de Berlin, et s’est même rendu à Pékin en automne, ce qui a contribué également à une tension entre les deux plus grands pays d’Europe continentale. Dans l’ensemble, les relations entre les deux alliés étaient assez tendues ces derniers temps. Selon des sondages de l’Ipsos, plus d’un tiers des Allemands et des Français sont d’accord avec cela. 

Sachant qu’il ne fait aucun doute que Paris et Berlin sont tout de même des alliés, malgré des contradictions qui demeurent entre eux. 

Les deux parties ont une unité stratégique sur le dossier ukrainien, mais les avis divergent sur la tactique. Les Allemands sont plus prudents en termes de livraisons militaires, comme cela s’est manifesté à Ramstein, et cela pourrait s’expliquer par l’inertie de la politique de Berlin et de son plus grand attachement économique à la Russie. Même si les Allemands ont dans l’ensemble marqué un tournant. 

Paris et Berlin n’ont pas non plus de cohésion tactique concernant les affaires européennes, mais toujours en présence d’une entente stratégique. 

Les relations entre les deux pays sont dans une certaine mesure « sur pause » après le départ d’Angela Merkel. Emmanuel Macron est très ambitieux et propose son agenda, alors que l’Allemagne n’est pas toujours d’accord, mais c’est comme si elle n’avait pas sa propre vision intégrale d’un avenir alternatif. Cela donne l’impression que Paris a effectivement pris le leadership. La coordination manque, mais ce n’est qu’une question de temps.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

ANNONCE

100% GRATUIT 👇

----------------------------------------------------------

BONUS : Accédez gratuitement au programme non-censuré “Se Débancariser”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici