ALERTE ! L’OTAN Rejette le Principe de Toute Négociation avec la Russie, le Temps de la Diplomatie Prend Fin !

0
21

par Karine Bechet-Golovko.

Alors que les États-Unis avaient un certain temps envisagé une conférence OTAN-Russie, que Peskov déclare sur tous les tons que les rapports entre Biden et Poutine sont respectueux et qu’ils envisagent une rencontre en réel, Stoltenberg rejette cette conférence et Biden oublie ses déclarations passées. Toute négociation concernant un non-élargissement de l’OTAN vers l’Est est catégoriquement exclue, l’on voit à quel point la conversation Poutine-Biden a été fructueuse. Comme le déclare Stoltenberg, « Comment voulez-vous négocier quoi que ce soit dans ce contexte ? ». Le « contexte » est celui de la fameuse « agression russe en Ukraine ». Manifestement, l’OTAN attend la reddition de la Russie pour entamer des « négociations ». L’on ne peut pas faire de la diplomatie, quand votre interlocuteur refuse le dialogue.

L’impasse des relations entre l’OTAN et la Russie n’a rien de surprenant. Le rapport des forces consécutif à la Seconde Guerre mondiale a changé, la Russie n’est pas l’URSS et elle a du mal à défendre son héritage, incompatible avec le cours décidé de l’intégration dans la globalisation économique. Les répétions successives rappelant que la Russie ne veut pas intervenir en Ukraine sont interprétées en Occident comme de la faiblesse et non pas de la sagesse ; le suivisme russe dans la furie covidienne affaiblit le pouvoir à l’intérieur du pays. Dans ce contexte, les tenailles peuvent être resserrées sur le pays, ce qui se passe actuellement, notamment en utilisant l’Ukraine.


Assez étrangement, alors que la Russie n’est objectivement pas en position de pouvoir imposer ses « lignes rouges », par ailleurs manquant de clarté, Poutine a insisté et finalement proposé un accord à Biden concernant l’OTAN, dans lequel celui-ci devait volontairement, de bonne volonté, restreindre sa puissance et accepter, sans très bien savoir pourquoi, de ne pas se développer à l’Est, vers la Géorgie et l’Ukraine. Autrement dit, alors que la tension est extrême en ce moment, la Russie proposait à l’OTAN une pause, un certain équilibre. Le temps passe et manifestement certains oublient ce qui a précédé Yalta et qui l’a rendu possible.

Comme si l’OTAN et le monde globaliste avaient intérêt à s’arrêter dans leur conquête, comme s’ils le pouvaient encore, même si certaines voix restent dubitatives, face à cette fuite en avant de l’autoritarisme globaliste.

Dans une interview donné au journal français le JDD, la France étant la fille aînée de l’Atlantisme, Stoltenberg, le secrétaire général de l’OTAN, oppose une fin de non-recevoir sans appel à la Russie : alors que la Russie amasse des forces armées aux frontières ukrainiennes, organiser une conférence OTAN – Russie, alors que les diplomates russes n’ont plus mis les pieds à l’OTAN depuis des années, serait un pas en arrière, inacceptable dans « ce contexte ».

Le contexte, très concrètement, concerne le soutien russe aux populations du Donbass et le rattachement de la Crimée. Mais cela n’empêche pas la Russie de devoir être plus transparente dans les mouvements de déplacement de ses troupes sur son territoire, dans l’organisation de manœuvres militaires … L’OTAN accepte donc toutes les concessions que la Russie est prête à prendre pour « améliorer » les relations, mais refuse de prendre le moindre engagement.

L’on peut également interpréter ces déclarations comme un appel de la Russie à accepter la reddition, puisque la restauration de relations « normalisées » avec l’OTAN, in fine, n’aura lieu qu’à cette seule condition. L’OTAN n’acceptant que la soumission, c’est sa vision de la normalité. Concrètement, en filigrane, l’on comprend qu’il s’agit d’un abandon par la Russie des populations du Donbass, d’un abandon de la Crimée. Avant que d’autres exigences ne voient le jour.

Ce jusqu’au boutisme de l’OTAN, soutenu par Biden, n’est pas du goût de tous. Par exemple, le ministre britannique de la Défense a déclaré sa très forte réticence à l’envoi de forces militaires en Ukraine, dans le cas d’une agression russe, puisque l’Ukraine n’est pas membre de l’OTAN. Selon lui, il ne faut pas se bercer d’illusions :

« C’est un fait qu’elle n’est pas membre de l’OTAN, il est donc très improbable que quiconque envoie des troupes en Ukraine pour défier la Russie… Nous ne devrions pas faire croire aux gens que nous le ferions ».

Il est urgent pour la stabilité du continent européen, que la Russie ait un discours beaucoup plus ferme et suspende sa recherche de contact, cette course inutile aux négociations, qui ne mènent à rien pour l’instant. Si la fermeté n’est pas l’agressivité, elle doit en revanche permettre de restaurer le respect qui s’impose entre États et qui fait grandement défaut aujourd’hui.

Karine Bechet-Golovko

source : http://russiepolitics.blogspot.com

Source : reseauinternational

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.