ADVERTISEMENT

ALERTE INFO COVID-19 : La Mélatonine Réduit le Risque de Thrombose et de Septicémie ainsi que le Taux de Mortalité du Covid-19 !

ADVERTISEMENT

Deux études clés ont identifié le rôle que joue la mélatonine dans la réduction du risque d’un test positif pour le Covid-19 et la baisse de l’incidence des symptômes graves. La mélatonine fut découverte pour la première fois en 1958 par le Dr Aaron Lerner, un dermatologue, qui a pu l’isoler de la glande pinéale d’une vache.

Les scientifiques ont commencé à étudier la mélatonine dans les années 1980 et elle a reçu plus d’attention dans les années 1990. Les données de la recherche ont montré que la mélatonine influence un certain nombre de processus corporels différents, notamment le métabolisme dépendant du calcium, la modulation immunitaire et la réduction de la croissance tumorale.

Bien que la mélatonine soit produite dans une variété de tissus, la principale source est la glande pinéale dans le cerveau. Il s’agit d’une minuscule glande endocrine située en son centre. L’une des fonctions initiales est probablement celle de piéger les radicaux libres. Fait intéressant, la mélatonine agit également avec les plantes pour réduire le stress oxydatif et favoriser la germination et la croissance des graines.

Le précurseur nécessaire chez les plantes et les animaux est le tryptophane. Votre corps contrôle la libération de mélatonine grâce à une horloge circadienne maîtresse, située dans une zone du cerveau appelée noyaux suprachiasmatiques.

Cette zone synchronise la sécrétion de mélatonine via une voie complexe dans le système nerveux impactée par l’entrée de la lumière dans les yeux. Étant donné que la mélatonine contribue à contrôler les cycles veille-sommeil, son utilisation est devenue populaire pour aider à contrôler le décalage horaire. Les données démontrent actuellement que la mélatonine peut être bénéfique pour prévenir les complications chez les personnes atteintes de Covid-19.

Une incidence plus faible des symptômes graves avec la mélatonine

Une étude publiée dans l’International Journal of Infectious Diseases a été lancée pour examiner l’effet que la mélatonine peut avoir sur les patients adultes atteints d’une infection grave au Covid-19. 158 patients atteints d’une maladie grave furent recrutés au cours d’un seul essai clinique prospectif randomisé mené à Mossoul, en Irak, du 1er décembre 2020 au 1er juin 2021.

Les patients furent divisés en deux groupes. Dans le groupe témoin, 76 patients n’ont reçu que des soins thérapeutiques standard. 82 patients dans le groupe d’intervention ont reçu des soins thérapeutiques standard, plus 10 milligrammes (mg) de mélatonine par jour. Les médecins ont ensuite évalué l’incidence de la septicémie, de la thrombose et de la mortalité chez les patients après 5, 11 et 17 journées.

Lorsque les chercheurs ont comparé les données du groupe témoin à celles du groupe d’intervention, ils ont constaté qu’il y avait une réduction significative au cours de la deuxième semaine de la thrombose et de la septicémie chez les patients qui prenaient de la mélatonine. Ils ont également constaté que la mortalité était significativement plus élevée chez les patients qui ne prenaient pas de mélatonine.

Les hommes représentaient 72,2 % des patients et l’âge moyen était de 56,3 ans avec une fourchette de 32 à 78 ans. Les chercheurs ont divisé le groupe d’intervention et le groupe témoin sans différence significative de relation avec les comorbidités qui augmentent le risque de Covid-19, telles que l’hypertension artériellel’asthme, le diabète et les maladies cardiaques.

Lors de la mesure des paramètres individuels, les chercheurs ont constaté qu’il y avait un nombre significativement plus élevé de patients atteints de thrombose dans le groupe témoin au jour 17 que dans le groupe prenant de la mélatonine. Aucun patient n’a développé de septicémie au cours des cinq premiers jours dans les deux groupes. Cependant, au jour 11, deux patients du groupe prenant de la mélatonine ont développé une septicémie, de même pour huit patients du groupe témoin.

À la fin de l’étude, les chercheurs ont découvert qu’il y avait un taux de mortalité significativement plus élevé dans le groupe témoin de 17,1 % que dans le groupe mélatonine de 1,2 %. La mélatonine a été administrée par voie orale et lorsqu’elle a été ajoutée aux soins standard, les chercheurs ont conclu :

« L’amélioration des taux de thrombose, de septicémie et de mortalité soutient l’efficacité de l’adjuvant mélatonine dans l’atténuation de cette maladie infectieuse. Compte tenu des performances supérieures de la mélatonine en tant que médicament bon marché, très sûr et facilement disponible, il est fortement recommandé de l’aborder dans les études futures. »

Des chercheurs découvrent que la mélatonine réduit le risque de test positif

La démonstration dans l’étude présentée que la mélatonine peut réduire les effets graves du Covid-19 soutient l’étude publiée fin 2020 qui montrait que l’utilisation de la mélatonine était associée à une réduction de 28 % de la probabilité d’un test Covid-19 positif. Les chercheurs ont commencé l’étude pour identifier les modalités potentielles d’un traitement qui utiliserait la méthodologie de la médecine en réseau aux côtés d’observations cliniques.

La médecine en réseau évalue les réseaux cellulaires et leurs implications sur la maladie et le traitement. Lorsque les maladies sont en relation avec le niveau moléculaire, la médecine en réseau recherche des traitements médicamenteux potentiels. Les chercheurs ont utilisé l’intelligence artificielle pour comparer les gènes et les protéines du Sras-CoV-2 avec 64 autres maladies.

À partir de ces données, ils ont identifié des affections similaires et pour lesquelles des médicaments furent approuvés pour le traitement. À l’aide de ces informations, les chercheurs ont identifié 34 médicaments approuvés par la FDA utilisés pour traiter des affections similaires dont le réemploi peut être envisagé dans le traitement du Covid-19.

La liste des affections comprenait des maladies auto-immunes, des maladies pulmonaires, des anticorps spécifiques et des maladies cardiovasculaires. À partir de ces affections, les chercheurs ont identifié des médicaments, dont la mélatonine, à partir d’une liste de catégories comprenant des antibiotiques, des anti-inflammatoires, des hormones, des bêta-bloquants et des agonistes B2.

Après avoir identifié ces médicaments, les chercheurs ont utilisé les informations, ainsi que les données, de près de 27 000 patients hospitalisés à la Cleveland Clinic. Ils ont ajusté les facteurs aggravants tels que l’âge, les antécédents de tabagisme, l’origine ethnique et diverses comorbidités de la maladie lorsqu’ils ont découvert que l’utilisation de la mélatonine réduisait de 28 % la probabilité d’un test de Covid-19 positif.

Fait intéressant, lorsque ces mêmes ajustements furent appliqués à une population d’afro-américains dans le registre, la baisse est passée à 52 %. Le chercheur principal de l’étude, Feixiong Cheng, Ph.D., a parlé des résultats dans un communiqué de presse de la Cleveland Clinic :

« Il est important de noter que cela ne signifie pas que les individus doivent commencer à prendre de la mélatonine sans d’abord consulter leur praticien de santé. Nous sommes ravis de ces résultats et d’étudier davantage cette connexion, mais des études d’observation à grande échelle et des essais contrôlés randomisés sont essentiels pour confirmer ce que nous avons découvert. »

La mélatonine fait partie intégrante du protocole de première ligne

Au début de 2020, la Front Line Covid-19 Critical Care Alliance (FLCCC) a développé des protocoles de traitement préventif, ambulatoire et hospitalier basés sur les connaissances des médecins en soins intensifs fondateurs. Le Dr Paul Marik, médecin en soins intensifs à la Eastern Virginia Medical School, également connu pour son travail visant à améliorer les résultats des patients atteints de septicémie, est l’un de ces médecins.

Il a également utilisé la mélatonine dans le traitement de la septicémie. En février 2020, il a publié un article dans le Journal of Thoracic Disease donnant la justification scientifique de l’utilisation de la mélatonine pour contribuer à réguler le déséquilibre oxydatif et le dysfonctionnement mitochondrial qui sont couramment observés dans la septicémie.

Il a été suivi par un article publié dans Frontiers in Medicine en mai 2020, dans lequel lui et une équipe de scientifiques ont publié un algorithme thérapeutique qu’ils ont utilisé pour la mélatonine dans le traitement du Covid-19. Ils ont écrit :

« Les multiples actions de la mélatonine en tant qu’anti-inflammatoire, antioxydant et antiviral (contre d’autres virus) en font un choix raisonnable à utiliser. »

En juin 2020, la FLCCC a publié un communiqué de presse sur le protocole MATH+, déclarant qu’il « montre des impacts profonds sur la survie des patients Covid-19 ». L’administration nocturne de 6 à 12 milligrammes (mg) de mélatonine fait partie intégrante du protocole de traitement hospitalier MATH+.

Le groupe a également développé un protocole iMASK pour le traitement ambulatoire précoce, qui comprend 10 mg de mélatonine la nuit, répertoriés dans la catégorie des anticoagulants et des médicaments fortifiants immunitaires. Dans un examen des preuves démontrant l’efficacité de l’Ivermectine, les scientifiques ont écrit :

« Bien que l’adoption de MATH+ soit considérable, elle n’est survenue en grande partie qu’après que l’efficacité du traitement de la majorité des composants du protocole (corticostéroïdes, acide ascorbique, héparine, statines, vitamine D, mélatonine) ait été validée dans des essais contrôlés randomisés ultérieurs ou plus fortement soutenu par de grands ensembles de données d’observation du Covid-19 (Entrenas Castillo et al., 2020 ; Horby et al., 2020 ; Jehi et al., 2020 ; Nadkarni et al., 2020 ; Rodriguez-Nava et al., 2020 ; Zhang et al., 2020a ; Zhang et al., 2020b).

Malgré la pléthore de preuves à l’appui, le protocole MATH+ pour les patients hospitalisés ne s’est pas encore généralisé. »

Lorsque l’examen des preuves fut publié par la suite, la mention de la mélatonine et cette citation ont été supprimées. Un autre défi pour les patients atteints de Covid-19 est le développement de symptômes à long terme, qui, selon une étude de l’UC Davis, affectent au moins 25 % des individus.

ADVERTISEMENT

Les symptômes à long terme peuvent inclure des courbatures, des douleurs musculaires, un brouillard cérébral, des problèmes abdominaux et une perte d’odorat et de goût. Le groupe FLCCC a également développé un protocole de gestion du syndrome du Covid-19 à long terme appelé I-RECOVER.

L’équipe a développé un algorithme pour aider les médecins à identifier le type de traitement en fonction des symptômes du patient. Cependant, il est conseillé à tous les patients d’utiliser de la vitamine C, des acides gras oméga 3, de la vitamine D3 et de la mélatonine.

Les autres bienfaits pour la santé de la mélatonine

Votre corps utilise la mélatonine pour contribuer à protéger votre santé globale de plusieurs manières. La mélatonine est surtout connue pour la relation qu’elle entretient avec votre horloge circadienne. Bien que les scientifiques découvrent encore certains des bienfaits du sommeil, on sait que la mélatonine est une molécule régulatrice sous-jacente du sommeil.

Des études positives ont démontré l’effet de la mélatonine sur les troubles associés aux rythmes dysfonctionnels de la mélatonine, tels que le décalage horaire et le travail en horaires décalés. De plus, il existe des preuves d’une diminution de la production de mélatonine chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer à un stade précoce. Une mauvaise qualité de sommeil augmente l’accumulation de plaques bêta-amyloïdes qui font partie intégrante de la progression de la maladie d’Alzheimer.

La découverte de la relation entre la neurodégénérescence et le sommeil offre un potentiel d’utilisation de la mélatonine pour favoriser un vieillissement mental sain et dans le traitement de la maladie d’Alzheimer à un stade précoce. La mélatonine contribue également à réguler l’inflammation dans le corps, ce qui a un impact significatif sur la douleur associée à la polyarthrite rhumatoïde et à l’arthrose.

Un article publié en 2015 a étudié la relation entre la mélatonine et les rechutes de la sclérose en plaques, et constaté qu’elle améliore les périodes de rechute. Ils ont découvert que la mélatonine affecte « la différenciation des cellules T et a des implications pour les troubles auto-immuns tels que la sclérose en plaques ».

La mélatonine contribue à promouvoir la stabilité génomique, ce qui peut expliquer pourquoi la perturbation de la signalisation de la mélatonine s’est avérée favoriser la croissance et le métabolisme du cancer du sein chez l’humain. Les fonctions antioxydantes et anti-inflammatoires de la mélatonine ont également démontré une capacité à protéger la fonction hépatique et ont un impact sur la stéatose hépatique.

L’éventail des effets de la mélatonine sur le corps humain est significatif. Une étude publiée dans le Journal of Perinatology a démontré que l’administration précoce de mélatonine en même temps que l’hypothermie (refroidissement de tout le corps) chez les nourrissons qui ont souffert d’asphyxie lors de leur naissance avait un effet neuroprotecteur et améliorait les lésions cérébrales chez les nourrissons qui se sont vu administrer une hypothermie et cinq doses entérales quotidiennes de mélatonine.

Bien qu’il y ait probablement des avantages à prendre des compléments de mélatonine par voie orale, l’optimisation de la production de votre corps aide également. C’est relativement simple et peu coûteux, et en même temps vous contribuerez à optimiser votre taux de vitamine D. L’optimisation de la production de mélatonine commence par un ensoleillement suffisant pendant la journée, car cela contribue à régler votre horloge circadienne.

À l’approche du soir et du coucher du soleil, vous devez éviter l’éclairage artificiel. La lumière bleue des écrans des appareils électroniques et des lampes LED est particulièrement problématique et inhibe la production de mélatonine. Si vous avez besoin d’éclairage, utilisez des ampoules à incandescence, des bougies ou des lampes de sel. La lumière bleue des écrans des appareils électroniques peut être neutralisée avec un logiciel de blocage du bleu ou en portant des lunettes de blocage du bleu.

Ma décision d’utiliser personnellement une supplémentation en mélatonine est encore plus logique maintenant que nous comprenons que la mélatonine n’est pas seulement produite dans la glande pinéale (qui bénéficierait d’une optimisation circadienne), mais aussi dans nos mitochondries. Ainsi, il semble qu’un complément de mélatonine pourrait servir d’appoint utile pour moduler votre réponse immunitaire.

Sources et références

Source de l’article publié le 2 novembre 2021 : French Mercola
Corrections : Sott.net
Source originale en anglais au format Pdf

Source : sott

Ça peut vous interesser

Next Post

PLANETES360 SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.